« Opium(s) | Accueil | Nonism »

lundi 29 septembre 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

à voir toute la publicité qui s'étale pour les brokers en crédit et spécialistes du refinancement par hypothèque dans les magazines TV, je crois au contraire que nous allons en France vers une période de forte croissance à crédit.

-12

Eh oui, quand on ne monte pas haut on ne chute pas de haut. Il faut bien un bon côté à toujours être moyen.

la crise financière et boursière,a en commun avec le nuage de tchernobyl, de s'arreter aux frontières francaises ;). Sisi,c'est officiel.

"Bon, il faudrait être aveugle, ou de très très mauvaise foi, pour ne pas constater que les choses sont allées un poil trop loin." La je trouve que tu abuses un poil de l'atténuation.

"Je n’arrive même pas à trouver extraordinaire le rattrapage par la culotte d'institutions financières en déroute par le Trésor américain." trop d'atténuation tue l'atténuation. Le plan paulson prévoit que l'état américain mette 700 milliards de dollards sur la table.

Lors de l'invasion irakienne, bush avait fait voté un plan au cout exorbitant de ...80 milliards, soit 9 fois moins que le plan paulson.
Note que c'est le contribuable qui au final paiera l'addition.

Regarde le cours du cac 40.

Même si, comme tu le soulignes judicieusement, en France on tombera de moins haut,le resultat final sera le même: le contribuable épongera les couts.

Le pire c'est que c'est du pain béni pour LCR et consorts: tout ce qui rapportait a été privatisé, et au moment de payer l'addition, ceux qui auront bien profité seront bien loin et bien au chaud. Et ca, c'est pas normal (du moins je trouve).

Les mecs qui se sont partagés les millions doivent se partager les pertes.

Le plan Paulson? Quel plan Paulson? Il vient d'être rejeté par le congrès...

Ouf ! La crise ne passera pas chez nous tant mieux ; faire le hobo sous les TGV, je le sentais pas.

Et puis on ne dit pas sous-emploi des vieux, mais sous-emploi des séniors. Soit poli avec les +50.

C'est quoi la marque de ton antidépresseur? Ca a l'air rudement efficace, même si tu as de toute évidence largement dépassé la dose prescrite.

Passant,
A la bonne heure ! Un peu d’optimisme béat adossé au crédit à la consommation !

Edgar,
Ah. Et pourquoi 12 ?


Nicolas,
Je ne dis pas que l’on ne va pas morfler. Je dis qu’on a l’habitude. Ce sont les autres qui vont accuser le coup.


Corbex,
Effectivement. A l’heure où nous mettions sous presse, c’était peu probable. Mais je parie tout de même sur une session de rattrapage.

All,
Il y a tout de même encore des trains Corail !


Poil de lama,
Pourquoi faudrait-il être plus déprimé que d’habitude, puisque la dépression est une constante française ?

Il n'est évidemment pas question avec cette crise de la fin du capitalisme et encore moins du retour du communisme… Même s'il ne faut jurer de rien en n'oubliant pas complètement qu'à la crise de 29 ont succédé la montée du nazisme et la deuxième guerre mondiale...

Mais l'on peut quand même espérer qu'après cet épisode, les gourous et les valets de l’ultra-libéralisme mettront - au moins pendant quelque temps - leur arrogance en veilleuse…. Que la croyance dans l’autorégulation vertueuse des marchés sera enfin prise pour ce qu’elle est : une idéologie ou une religion… Et que ses dogmes (dérégulation, privatisation, désengagement de l’Etat, appât du gain comme moteur du progrès, etc.) ne seront plus brandis aux pauvres ignares que nous sommes comme la seule voie possible s’imposant avec la force de l’évidence aux esprits éclairés.

Comme Dieu, la main du marché est invisible tout simplement parce qu’elle n’existe pas.

Michel B.,
Oui, tout est possible. Mais bon, il faut bien formuler des hypothèses qui ne fassent pas nécessairement intervenir la fin du monde…

Moi-même, même si je suis tout à fait favorable aux marchés, je ne crois pas à leur autorégulation. Mais je ne mélange pas pour autant ces questions avec celles des privatisations ou du désengagement de l’Etat. L’Etat peut très bien élaborer les règles sans être un acteur. D’ailleurs, lorsqu’il est lui-même acteur, il ne respecte même pas ses propres règles (cf. le Crédit Lyonnais).

"L’Etat peut très bien élaborer les règles sans être un acteur". Oui, et il peut aussi, dans certains cas, être un acteur (quoiqu'en dise la doxa ultra-libérale, il ne doit pas y avoir de tabou là-dessus)... Et pas seulement quand il s'agit de mutualiser les pertes d'entreprises privées pour le moins imprudentes...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004