« De gauche ? | Accueil | East Side Story »

vendredi 20 juin 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mais pianoter sur un clavier EST dangereux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_du_canal_carpien

Vendu. Avoue que ce billet t'a été commandé par Logitech.

L'arrivée du wifi s'est peut-être également accompagnée de l'arrivée de nombreux possesseurs de portables avides de net et peu intéressés par l'offre de livres des bibliothèques. J'imagine que c'est surtout ce regain d'activité qui les a effrayé le plus. Ont-ils renoncé au wifi de leur propre habitation ? Le portrait des bibliothécaires Parisiens colle fidèlement à celui des Lyonnais de ma propre bibliothèque municipale où il est vain de croire que l'on récupérera quelconque information du bibliothécaire...
Et puis pourquoi proposer du wifi alors qu'on a "toujours fait sans avant et personne ne s'en est jamais plaint".

Pas gentil, mais pas mal vu... :-)

Liberal,
Non, c'est un concurrent chinois dont les produits sont moins chers mais dont les bakchichs sont plus élevés (tout le monde est gagnant !).

Matthieu,
Oui. Avant les livres aussi on se débrouillait !


Poil de lama,
Ben pourquoi faudrait-il être gentil ? Viens faire un tour samedi à la bibliothèque Parmentier et tu changeras d'avis. Cela dit, je me rends compte que cette note ne va pas conforter le comvatisme comme doctrine de gauche : les employés de bibliothèques sont nécessairement le sel de la terre et leur attitude est liée aux cadences infernales qu'impose une société inhumaine et pervertie par la mondialisation néolibérale. Et de toute manière, le wifi est de droite.

Fermons les bibliothèques pour en faire des logements sociaux et un point d'accès internet pour retardés mentaux.

Et s'il faut bien gâcher autant d'argent public qu'avant, redistribuer le budget de fonctionnement de la bibliothèque sous la forme de bons d'achats chez Amazozone.

Enfin, heureusement, c'est l'été, il fait beau, le soleil brille. Les parisiens peuvent profiter du wi-fi dans les jardins publics :
http://www.paris.fr/portail/Economie/Portal.lut?page_id=7799&document_type_id=5&document_id=31302&portlet_id=17981
(c'est d'ailleurs là que je teste mes configurations sous Linux.)

Les gardiens de squares vont quand même pas se plaindre de maux de tête, non ?

j'ai compris. j'avais bien lu en quoi le comvatisme était de gauche mais je ne voyais pas où était ce foutu truc qui clochait. voilà, c'est là : hugues, tu n'es pas gentil.

à moins que ce ne soit parce que tu es raisonnable.

Hugues,

Vu les propos 99 fois sur cent hautement aseptisés pour ne pas dire apeurés, l’auto-censure tiède, la constante logorrhée de lieux communs mille fois lue dans ce qu’il reste de la presse, le consensus mou et le conformisme idéologique latent qui gangrène la blogosphère.... Je me demande bien ce qu’il faut encore y régenter (en dehors des pervers polymorphes qui y prospèrent !).

Au fait, Hugues je t'ai posé des questions, dans ton précédent texte.

Je partage votre avis sur les bibliothécaire quoiqu'il ne faille pas faire de généralité, il y a surement de bonnes exceptions.
Quant au problème du wifi abordé d'une manière légère, peut etre qu'au starbuck ou chez vous, les émissions ne sont pas de la meme puissance , ni sur la meme durée etc...
Beaucoup de paramètres rentrent en ligne de compte et sous estimé le problème de santé publique n'est pas une sage activité.
On faisant exactement la meme chose sur l'amiante voire sur la cigarette il y a encore quelques années.
Rappelez vous, ce n'est pas encore si loin que ça, et le sujet était aussi tourné en ridicule.
Celui ci ne tue pas, l'amiante et la cigarette si. Pour le wifi, wait & see.

Je souscris au portrait que tu brosses même si de bonnes exceptions doivent bien exister. Encore que comme je suis un vrai réac, j'ai un doute. Ce métier doit être ch... , c'est ça qui doit donner des maux de tête.
Un trait qui les caractérise souvent pour les avoir côtoyés de près, c'est leur profil syndical agressif, une bonne part de leur énergie étant consommée dans une défense très ferme de leurs droits et sûrement pas le développement de la culture populaire.
Sur un mode "très ouvert", je me souviens des types de la Sorbonne, hargneux et agressifs dont j'avais noté que leur obsession paraissait d'abord d'éviter d'amener au comptoir le livre qu'on réclamait. La moindre erreur dans la fiche de demande vous valait un refus aussi hermétique de définitif.
Une de mes copines prenait un relaxant avant d'affronter ces dingues en période de concours.
Tiens ? Je vais aller voir si on a installé du wifi là bas.

Désolé pour les mots oubliés, je me réveille. A moins que ce soit le wifi !

Pfiou j'ai du avoir de la chance dans ma bibliothèque de fac, bibliothécaires super sympas, disponibles etc…

On retrouve le pendant dans le privé avec le fameux "libraire-de-quartier-aux-conseils-éclairés" qui jamais ne conseille autre chose que ce que la presse (ou les gros éditeurs) intime de lire, qui n'en sait souvent pas plus que vous-même, voire moins, et qui se demande pourquoi les lecteurs préfèrent du coup commander en ligne, sur les conseils plus pertinents d'autres lecteurs.

Sérendipité quand tu nous tiens! Je venais juste déposer un "cadeau" http://www.schtroumpfs.org/index.php?2008/05/18/635-hugues
et je tombe sur ce texte: merci, merci!

(Que fait-on qd on travaille dans une documentation d'entreprise qui est surprise de voir sa fréquentation diminuer mais ne prononce JAMAIS le nom de google dans une réusion de service?)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004