« Télégramme de Suisse | Accueil | Identité nationale : "Et nous les Français, où on se met ?" »

dimanche 11 mars 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ma solution de cycliste vétéran, qui fait fréquemment du vélo en costume :
La veste bien pliée dans une sacoche, sauf les jours de grand froid. Par-dessus : un coupe vent noir, imperméable avec une doublure anti-transpiration (pour être exact, elle limite ladite exsudation). Sécurité avant tout, je mets par dessus, jour et nuit, un baudrier réfléchissant, 10€ chez Go Sport, qui a l'avantage sur le gilet de ne pas faire une nouvelle épaisseur : il est compatible avec le port du T Shirt aux beaux jours.

Pour la pluie : mon coupe vent protège le torse. Il est muni d'une capuche que je sors à cette occasion. C'est là que le casque révèle son utilité : il solidarise capuche et tête, et permet de regarder tout azimut sans problème. Pour les jambes : j'ai dans mes sacoches un pantalon de pluie avec des fermetures éclair sur les côtés, qui s'enfile en quelques secondes.

Pour les chaussures, je n'ai pas trouvé de solution idéale, mais mon vélo de ville les protège plutôt bien, ce n'est pas la nouvelle Orléans. Decathlon vend des guêtres imperméables, je n'ai pas testé.

Quant à l'absence de garde boue en ville, c'est une faute impardonnable. Il existe des modèles adaptés à tout type de vélo (tu as un VTT, je suppose ?), qui sont infiniment plus esthétiques que l'arrête de poisson dans le dos les jours de pluie.

Et quid de tes lumières ? Ne me dis pas que tu fais partie de cette race de cycliste ninja, tout de noir vétus qui foncent sur les chaussées et trottoirs quasi invisibles la nuit ?

Personnellement j'ai abandonné le port du casque depuis que mes enfants ont dit que je ressemblais à un playmobil.
Kway rouge ; lorsque je l'ôte après avoir transpiré j'ai l'impression qu'il à plu à l'intérieur. Pour le bas un pantalon cycliste coton lycra noir. Mitaines et chaussures Lapierre (comme le cycle tout-chemins).
Phare halogène à l'avant, lumière rouge clignotante à l'arrière et éléments réfléchissants à l'arrière du sac à dos.
Voila pour l'hiver, mais je suis du sud.

Quand à moi, j'utilise le vélo tous les jours pour me rendre à mon travail, que 5Km et à Grenoble (c'est plat). J'ai toujours dans mon sac la cape de pluie et les guêtre velcro qui permettent de protéger mollets et chaussures à 100%. Pour les cuisses, la cape fonctionne sauf si il y a trop de vent, la prise au vent devient pénible.

Eolas, all, epsilon,
Mais toutes ces solutions sont trop compliquées. Le problème, c'est qu'on a pas envie de mettre 15 minutes à se préparer pour un trajet à peine plus long. L'idée du vélo, pour moi, c'est de sauter dessus et de partir sans trop se poser de questions.

Autrement, bien sûr que j'ai des loupiotes : à l'avant et à l'arrière. Mais c'est chiant car je n'ai pas de dynamo et il faut sans cesse changer les piles ce qui diminue mon impact positif sur l'environnement. Ah, la vie est bien compliquée...

Rouler a vélo dans Paris traduit un esprit masochiste que j'avais déjà remarqué ici ou la.
Faites comme moi, marchez. Un bon coupe vent suffit.

Ménilmontant/Opéra c'est quand même pas la retraite de Russie.

Pour ma part je n'avais pas vraiment les mêmes soucis que toi lorsque je faisais du vélo par mauvais temps : veste et pantalon de k-way par dessus mon treilli et un haut en Windstopper/Goretex (et dans le sac à dos de quoi me changer en arrivant au bureau, j'aime po les costumes de toutes façons) :)

Pour la capuche, comme il a été dit : le casque par dessus et hop plus de soucis.

Par contre, je voudrais signaler un point de sécurité routière très important que personne n'a apparemment relevé : ne jamais faire comme le personnage sur l'illustration en haut de page => faire du vélo et tenir un parapluie en même temps, c'est casse gueule et très dangereux pour de multiples raisons !

Vive le vélo urbain !
Je partage ton avis, Hugues, selon lequel le vélo est surtout un moyen de liberté. Dès lors, toute solution trop complexe à mettre en oeuvre paraît peu adaptée.
Effectivement, les conséquences thermiques de l'effort induisent un véritable dilemne. Mais bon, on ne fait pas du vélo pour se laisser enquiquiner par des standards esthétiques d'un autre âge.
Je partage l'analyse relative aux vêtements techniques (gageons qu'un jour prochain de tels vêtements existeront tout en ayant perdu leur esthétique caractéristique), mais, par contre, j'avoue ne pas comprendre l'argument relatif au jugement esthétique de tes enfants.
Si le K-way est la solution la plus simple, pourquoi ne pas la pratiquer justement parce qu'elle est simple... Il s'agirait d'une bonne leçon de pragmatisme adressée à tes têtes blondes, qu'elles ne manqueront pas d'évaluer à sa juste valeur un jour prochain pas si lointain.

Pour ce qui est des lumières et du problème de pile... j'utilise personnellement le système i-flash : des leds alimentées par induction magnétique... pas de dynamo à proprement parler, pas de piles surtout et, bon, c'est vrai, pas d'agrément non plus ni de compatibilité avec la réglementation. Cela dit, si tu es prêt à griller les feux devant les pandores, je ne pense pas que ce détail te posera problème.

Bonne route

ah oui, comment on fait pour être cycliste urbain et diriger l'argus auto ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004