« Un président en pleine santé | Accueil | Et les Libanais dans tout ça ? (Part. I) »

vendredi 30 juin 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonnes vacances amigo !!!

il est temps de songer à rentrer...

That's anal, mais faute d'orthographe en première ligne.

Encore plus pointilleux que François : l'avantage comparatif ne dit pas que nous sommes forcément les meilleurs quelque part. Il part juste de l'hypothèse que nous ne pouvons pas être nuls au même degré partout.

(Au passage, Ricardo a aussi démontré que le Portugal disposait d'un avantage absolu sur l'Angleterre en football.)

Sacré Hugues !
toujours partant pour une bonne provoc patronale...
Au fait, BONNES VACANCES !
(je ne sais pas quel goût a la soupe une fois qu'on a craché dedans, mais bon, ça vaut mieux que pas de soupe du tout comme aux Etats-Unis, comme vous nous le faites remarquer).

C'est quoi ton boulot exactement ? Des piges pour Corse Matin ?

Vinvin,
Muchas gracias.

Maria-Pia,
Fais vite avant qu'on ferme...

François,
Merci. C'est corrigé.

Kimon,
Mais mon point de vue fondamental n'est pas ricardien : nous sommes potentiellement les meilleurs partout. Nous sommes simplement incapables de réaliser ce potentiel ce qui nous rend souvent médiocres.

Manu,
Provoc ? Quelle provoc ? Un bête énoncé factuel.

All,
La convention collective des journalistes est effectivement bonne fille. Ca n'a rien à voir avec les vacances mais j'avais déjà eu l'occasion d'aborder notre statut un peu hors normes :

http://hugues.blogs.com/commvat/2004/12/tartufferies_cl.html

http://hugues.blogs.com/commvat/2005/09/fiscalit_les_ch.html

En fait, cela fait longtemps que je me demande si la productivité impressionnante de la population française n'était pas dûe, en fin de compte à la différence entre le temps réellement consacré au travail et la durée légale de celui-ci. Je m'explique : dans nombre d'entreprises où j'ai eu à intervenir, les salariés - particulièrement mais pas seulement, les cadres - dépassaient de beaucoup la durée légale du temps de travail ( cela peut aller très loin dans le cas des commerciaux ou chef de projet par exemple) , donc si l'on ramène la quantité de travail effectivement produite aux nombres d'heures légalement travaillées, cela donne l'impression de salariés très performants... Il conviendrait donc de savoir précisément de quel façon le calcul est effectué.
Les chiffres sont souvent difficiles à interpréter si l'on ne dispose pas de tous les éléments, et les moyennes en particulier sont souvent trompeuses.
D'autre part, je pense qu'une autre voie permettrait d'améliorer encore de beaucoup la productivité au travail, au moins dans le secteur tertiaire, en mettant l'accent sur l'organisation personnelle. Je suis prêt à parier que, sur cette question, nous ne sommes pas encore champions du monde...

S'il vous plait n'oubliez pas:
http://www.frangnol.over-blog.com/article-3223073.html

hé, Hugues, parlez-nous de l'affaire d'Etat (j'entends : l'affaire du coup de boule), qu'on rigole un peu!

Alors Hugues, toujours en vacances ? Moi, je bosse toujours malgré la canicule... Et je laisse en passant les résultats de cette étude sur le moral des cadres ( http://fr.biz.yahoo.com/18072006/155/spleen-chez-les-cadres.html ) à ta sagacité... Même s'ils n'ont qu'un partiel rapport avec la durée du travail et le nombre de jours de vacances... Intéressant tout de même.

Pauvres Américains... Cela me rappelle une discussion dans l'avion avec un jeune cadre américain me disant que le système de vacances là-bas était vraiment pourri et que les patrons étaient vraiment tous des "trous-du-cul" (traduction littérale). En effet. 14 jours, putain, même pas 3 semaines dans l'année !

Personnellement, je vais partir cinq semaines samedi prochain et je suis fier d'être Français, Monsieur. La France, ça se mérite. On l'aime (avec ses jours de vacances, ses plages, ses montagnes...) ou on la quitte !

... Et chez nous, Monsieur, quand on insulte notre mère ou notre soeur, c'est le coup de boule direct. Après on s'excuse, mais on ne regrette pas. Cela voudrait dire que l'autre avait raison d'insulter notre mère ou notre soeur. Et non, il n'avait pas raison de dire cela...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004