« Bolkestein, le retour | Accueil | Sauvons la planète (ou pas) »

jeudi 23 février 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tout à fait d'accord.
Je suis moi aussi fatigué, agacé, de voir, à chaque fois que le mot "antisémite" est lâché, débarquer tout aussitôt autant de gens zélé nous démontrer par A+B que nous n'y n'avons pas affaire (ah le "social" comme cause première, explication totalisante du réel !).
A croire que l'antisémitisme, n'existe pas.

Bien dit

j'ai du louper un épisode quelque part, mais pourquoi ce crime est-il qualifié d'antisémite ?

que les agresseurs soient antisémites d'accord, mais le crime ? l'antisémitisme était-il la motivation de leurs actes ?

un bon article du fanzine préféré de Hugues ;-)

http://www.liberation.fr/page.php?Article=361919

C'est pourtant simple : ils ont fait auparavant plusieurs tentatives d'enlèvement... Contre qui? Des JUIFS. Et c'est une coïncidence? La famille de la victime n'a pas un rond, mais on continue de faire croire que la motivation était uniquement financière. Donc deux options, qui conduisent à la même solution :

- soit, ils pensent que le "lobby juif" va payer pour sa brebis, parce que tous les juifs sont riches et se tiennent par les couilles, = motivation antisémite (en essayant de minimiser les faits, les policiers ont dit qu'en fait ce n'était pas antisémite, non non, juste des idiots qui font l'équation "juif = argent", donc, quelle différence avec l'antisémitisme je vous le demande);

- soit, ils se cognent de l'argent et comme ils ont essayé d'enlever uniquement des juifs auparavant, difficile de parler de coïncidence. Ah biensûr ils ne vont pas écrire une lettre à la police, du genre "nous avons fait ceci parce qu'il était juif".

Pourtant dans tous les cas, ils n'en seraient pas arrivés là si la personne avait été juive.

J'ai été agressée récemment par un sale con; après son forfait, il me dit : "c'est normal que j'aie fait ça parce que tu es juive, si tu n'étais pas juive je t'aurais rien fait" . Je ne le suis pas en réalité mais la croyance qu'il avait de ma judéité l'a complètement affranchi de ses scrupules. Et c'est bien de cela qu'il s'agit en l'occurence : le fait d'être juif pour la victime ôte toute espèce de scrupule chez le bourreau.

Pour revenir aux problèmes de formulation, je m'amuse toujours autant de voir avec quel art nos amis-journalistes évitent d'employer le terme "choc des civilisations"; dernièrement dans le nouvel obs, ils ont ainsi parlé d'un "contentieux majeur entre le monde islamique et les états européens". un "contentieux majeur", c'est sûr, cela n'a rien à voir avec un "choc". :-))

le MRAP s'illustre encore :

http://www.mrap.asso.fr/communiques/gang

"Le Mrap s'est déclaré lundi "horrifié par le crime barbare dont a été victime Ilan Halimi, torturé à mort par un gang", tout en s'élevant "contre la stigmatisation d'une certaine population" par
"certains médias audiovisuels.

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) estime, dans un communiqué, que "tout doit être mis en oeuvre pour arrêter l'ensemble des auteurs de cet acte monstrueux".

"Cependant, le MRAP tient à élever une vigoureuse protestation devant certaines informations distillées par certains médias audiovisuels qui, de fait, participent à la stigmatisation d'une certaine population", précise le communiqué.

"Le fait de pointer systématiquement l'appartenance à certaines cités, à la banlieue, tout cela risque d'entretenir dangereusement des amalgames inacceptables", écrit le Mrap. En outre, il "condamne les propos et les violences racistes des extrémistes communautaires" qui, lors de la manifestation de dimanche à la mémoire d'Ilan Halimi, à Paris, "ont eu des agissements indignes visant à lyncher Noirs et Arabes".

Donc voilà : deux lignes pour se dire "horrifiés" du meurtre, et 14 lignes pour parler de "certains médias" qui "stigmatisent" "certaines populations". (Quels médias? Pourquoi pas de noms? Ils ont peur de stigmatiser? Ou tout simplement aucun fond?)

pour info coco, toutes les victimes de précédentes tentatives n'étaient pas juives. Est-ce donc toujours aussi simple ?


Je suis d'accord pour dire qu'on a du mal à appeller un chat un chat en France, mais la réserve sur le caractère antisémite du crime est ici justifiée ! on pourrait quand même attendre la fin de l'enquête avant de crier au loup !

pour finir je suis plutot sur la ligne de Théo Klein, ancien président du CRIF :
[pour] Théo Klein, ancien président du Crif, associer les Juifs et l'argent n'est pas de l'antisémitisme : «C'est une attitude désagréable à l'égard des Juifs. Les Auvergnats n'ont pas toujours eu une excellente réputation, ça existe dans tous les pays, dans toutes les populations. Pour moi, l'antisémitisme est un mouvement organisé dont le but est de mettre les Juifs à l'écart. Je ne pense pas que ce soit une bande organisée pour lutter contre les Juifs»,

(article de libé pré-cité)

- Sur le blog à Scneidermann and co, il y a des propos vraiment consternants.

http://www.bigbangblog.net/article.php3?id_article=300

-âne. Le fait que toutes les victimes potentielles ne soient pas juives ne changent rien au propos de coco.

- Le fait que le QI des ravisseurs soit faible, qu'il n'y ait pas de bande organisée spécialement pour casser du juif ne change rien à l'affaire non plus. On peut être con et tout seul et profondément salopard raciste (contre les juifs ou autre, peu importe)

- Je dois confesser que j'ai parfois laissé passer des propos révoltants. Pas par lâcheté (je suis plutôt rentre dedans), mais par stupeur et incrédulité. Un exemple parmi d'autres. La femme d'un copain, récemment débarquée d'Afrique, sans diplôme et ayant du mal à trouver un job "c'est normal qu'on m'ai pas embauchée, la patronne avait l'air méchante. C'était une juive, ça se voyait". Et des conneries sur l'argent des juifs à suivre... Mon pote ne bronchant pas, tentative de recadrage trop délicate de ma part...

Je suis un peu désemparé à vrai dire. Que dire, que faire ?

âne

on n'a pas dû lire la même info alors...

coco :
http://www.rfi.fr/actufr/articles/074/article_42020.asp

"[...] selon le procureur de la République, Jean-Claude Marin, il n’y avait pas lieu de privilégier la piste d’un crime raciste car en ce qui concerne les six autres tentatives d’enlèvements imputées à ce gang depuis décembre, « d’autres victimes n’étaient pas juives ».

on pourrait peut être se calmer et attendre la fin de l'enquete ??

âne,

Le simple fait qu'ils pensent que les juifs sont riches et qu'ils agissent en conséquence est de l'antisémitisme. Personne ne dit que c'est leur mobile premier. Ce ne sont pas des skins qui tapent sur des arabes pour le plaisir et le fun. Ok leur premier mobile est l'argent, pour reprendre l'expression d'un flic "on leur aurait dit que les martiens étaient riches, ils auraient attaqué un martien". Ca resterait un crime raciste, la torture et le meurtre d'un martien parce que nous terriens on croit que la famille ou la communauté martienne sont pleins aux as contrairement à nous povres terriens, non ?

---
Extrait de DavidT dans le lien plus haut

"Quant à la richesse du Juif, êtes-vous si sûr que ce préjugé soit de même nature que le cliché sur les auvergnats ? Il repose, vous ne l’ignorez sans doute pas, sur le prêt d’argent auquel les Juifs ont été confinés pendant des siècles, sur plusieurs continents. Ce préjugé, en outre, a une certaine "épaisseur historique". Il a déjà conduit à des expulsions, voire à des meurtres.

Dans ce cas précis, le problème ne serait pas que cette bande pense que les Juifs sont riches ; il serait qu’ils en ont tiré toutes les conséquences en choisissant leur victime.

Pour le reste, la question qui reste ouverte est celle d’un possible acharnement antisémite. Certains accusés l’ont évoqué. Pouvez-vous rejeter cette hypothèse d’un revers de la main ?"
--
dray en version expéditive

http://permanent.nouvelobs.com/societe/20060223.OBS8118.html

"Pour Julien Dray, le meurtre d'Ilan Halimi est "un acte antisémite, anti-juif exactement, net, clair. Il n'y a pas besoin de tourner autour du pot. La base de l'antisémitisme dans l'histoire, c'est de dire que les juifs possèdent l'argent et qu'il sont solidaires entre eux".

àne,
une citation d'un des policiers en charge des auditions (source : Le Monde de ce jour : http://www.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],[email protected],0.html) : "S'ils ont deux neurones qui se battent en duel dans leur cerveau, l'un d'eux est celui de l'antisémitisme primaire."

âne,

parmi les personnes interpellées, certaines ont ouvertement reconnu que c'est la richesse du juif qui a motivé l'enlèvement d'Ilan. L'enlèvement d'un Juif PAUVRE, qui fait suite à des tentatives d'enlèvement sur d'autres JUIFS par les mêmes personnes, puis le fait de demander une rançon à la communauté JUIVE ensuite, puis de reconnaître que c'est le préjugé de richesse des JUIFS qui a motivé cet enlèvement, SONT ipso facto antisémites. Je ne comprends pas bien ces finesses de raisonnement qui conduisent à dire "mais non ce n'est pas par antisémitisme qu'ils l'ont enlevé, mais parce qu'ils ont cru qu'il y aurait une grosse rançon parce qu'ils ont cru qu'étant juif, il aurait toujours un moyen de payer". Sans compter les actes barbares, avec les déclarations des personnes arrêtées et les opportunes rétractations après que l'affaire a été ébruitée (certaines, dans leurs premières déclarations, ont reconnu que certains des mauvais traitement étaient dus à la judéité de la victime, puis se sont rétractées par la suite, ben tiens).

http://abonnes.lemonde.fr/web/article/0,[email protected],36-743406,0.html

"Des informations obtenues par Le Monde.fr auprès de policiers et d'enquêteurs chargés de cette affaire au 36, quai des Orfèvres mettaient en avant , dès vendredi, de "probables motivations antisémites" dans ce kidnapping, les sévices et le meurtre d'Ilan Halimi. Les ravisseurs ont proféré des insultes ouvertement antisémites au cours des négociations ; ils étaient également persuadés que les juifs étaient "pleins aux as", et ne manquaient pas de le rappeler au père d'Ilan lorsque celui-ci tentait de leur expliquer qu'il ne disposait pas de quoi payer la rançon. Au cours de leurs auditions, au moins trois d'entre eux ont admis que la judaïté d'Ilan a été un motif supplémentaire de leur acharnement contre lui.

Avant de mourir, Ilan Halimi a été victime de mauvais traitements répétés, de brûlures de cigarettes et de blessures à l'arme blanche ; il a même été aspergé d'essence. Selon des policiers de la criminelle, la "déshumanisation en tant que juif" d'Ilan a certainement participé à la dérive meurtrière de ses geôliers. "Il ne s'agit pas pour autant d'un antisémitisme élaboré, intellectuel, mais de ce que j'appelerai de 'surface', assez classique pour ce genre de bandes de banlieue, avance l'un des policiers chargé de l'audition des suspects. Et qui tourne autour d'idées simples telles que : les juifs sont riches, ce sont des ordures.""

Et je le répète : il ne s'agit pas ici de préjuger du verdict, c'est-à-dire, de qualifier juridiquement les actes (ce serait comme croire qu'une relaxe dans une action en diffamation signifie que le prévenu disait la vérité, enfin presque aussi con).

Il s'agit de répondre aux questions suivantes : sont-ils antisémites ou merde? Ont-ils agi par antisémitisme oui ou merde? Et on va garder la tête dans le sable pendant combien de temps?

M. Hugues, cher ami, j'aimerai vous sensibiliser au fait qu'avec la directive bolkestein, les portes-flingues milanais pourront offrir leurs services partout en Europe, et cela en toute légalité (grâce au principe du tueur d'origine). Moi je serai vous, je ne les traiterai pas de "vulgaires". Je dis ça pour ta sécurité personnelle, bien sur ;-).

Quelques infos apportant des éléments nouveaux(extraits d'une dépêche AFP de ce soir, après l'arrestation du "cerveau" présumé des "barbares") :

"Le crime est considéré juridiquement par les juges d'instruction comme un acte antisémite, mais leur analyse est contestée par les policiers et le parquet qui soulignent l'absence d'idéologie du groupe, religieuse ou politique".

"Interrogé par des policiers ivoiriens en présence de deux enquêteurs français, Youssef Fofana a admis son implication dans l'enlèvement d'Ilan Halimi mais a nié toute responsabilité dans sa mort. Il a dit que ce n'était pas prévu de le tuer. Il voulait seulement de l'argent".

"Il nie aussi avoir agi par antisémitisme. Selon une source judiciaire française, des dépositions de suspects laissent penser qu'Ilan Halimi été tué de quatre coups de couteaux dans la gorge alors qu'il devait être libéré, parce qu'il avait accidentellement vu ses ravisseurs".

"Devant les policiers, il a également admis son implication dans des tentatives d'enlèvement ayant précédé celle d'Ilan et aussi dans des affaires de racket sur des médecins en 2005".

Remarque factuelle : ces autres affaires concernaient aussi des personnes qui n'étaient pas de religion juive. Commentaire : prudence donc à ce stade de l'enquête. Ne nous emballons pas, ni dans un sens, ni dans l'autre. La dimension antisémite de ce crime abominable, peut-être réelle, semble quand même être assez secondaire...

Hugues, tu déplores le "retard" des médias et des politiques. Moi, je regrette plutôt leur précipitation...

Même si je suis d'accord avec toi sur le point central de ton post (si l’instruction confirme que l’antisémitisme est un élément, fut-il secondaire, de cette affaire, il ne faut pas le cacher sous un excès de "politiquement correct"), je suis également très gêné par certains amalgames (à commencer par ton titre "Barbares ou racailles ?"), amalgames sur lesquels je reviendrai ici quand j'aurai plus de temps...

Yo Hugues !

C’est sans surprise que je découvre ton nouveau post. J’aurais parié que ce fait divers ignoble serait ton prochain sujet et je prévoyais également tes arguments, emballés dans une prose toujours aussi agile. Et globalement, je suis d’accord avec toi sur le point principal : si l’instruction confirme que l’antisémitisme est un élément, fut-il très secondaire, de cette affaire, il ne faut pas le cacher sous un excès de "politiquement correct". Ceci étant dit, certains amalgames me gênent, à commencer par ton titre "Barbares ou racailles ?"...

Ceux qui ont commis cet acte odieux sont effectivement des "barbares", comme ils se surnomment eux-mêmes, et plus précisément des tortionnaires et des assassins, puisqu’ils ont effectivement torturé et assassiné. Ce n’est pas le cas des émeutiers de novembre dernier qui ont mis le feu à des biens publics. Même si ces derniers actes sont à l’évidence répréhensibles et inquiétants, il y a une indéniable différence de nature avec le meurtre d’Ilan Halimi. Et un amalgame dans ce domaine ne peut qu’entretenir une confusion néfaste dans un monde déjà très troublé.

Quant au terme de "racaille", il est communément utilisé pour désigner des petits voyous de banlieue (voleurs, dealers, etc.), voire des jeunes auteurs d’incivilités (ceux qui ne prennent pas leur ticket de bus ou de métro, insultent le chauffeur ou les autres passagers, dégradent des bien publics, etc.), voire même simplement des jeunes arborant un certain look ou utilisant un certain langage ("zyva" and co) et qui ne commettent pas forcément d’infractions... Ces trois catégories de personnes ne doivent pourtant pas être placées sur le même plan et encore moins mélangées avec les tueurs d’Ilan.

C’est pourquoi l’on ne peut que regretter l’irresponsabilité d’un ministre de la République, qui a pourtant la prétention d’accéder aux plus hautes fonctions, lorsqu’il utilisa ce terme pour désigner des jeunes agités qui troublaient sa visite dans une cité de banlieue, craquant ainsi l’allumette qui mit ponctuellement le feu à la poudrière qui continue de couver depuis des années, sur fond de chômage de masse, d’exclusion et de discriminations.

Quant à la réaction fanatique des islamistes radicaux aux caricatures du Prophète, c’est encore autre chose. Continuons à tout mélanger et le "choc des civilisations", que les Ben Laden appellent de leurs vœux et que certains "penseurs" un peu simplistes entreprennent de théoriser, aura toutes les chances de se produire.

Un dernier mot sur l'inévitable Sarko. L'histoire récente nous a appris à nous méfier de ses déclarations précipitées, en particulier après l'affaire de Clichy (deux morts pour rien). Des mensonges officiels (sans doute pour tenter d’influencer l’opinion et d’éviter que la justice ne mette son nez dans cette affaire) qui ont largement contribué à déclencher les fameuses émeutes de novembre.

Il nous parla d'abord d'une tentative de cambriolage sur un chantier. Faux. Puis que les jeunes n'étaient pas poursuivis par la police. Faux. Puis que les policiers n’étaient pas au courant de l’entrée des jeunes sur le chantier EDF. Faux. Il a fallu attendre huit jours pour qu’une instruction soit ouverte alors qu’il y avait deux morts !
(Tu as dû entendre comme moi l’interview édifiante de l’avocat des familles des victimes ce matin sur France Culture, après la sortie de son bouquin écrit avec Edwy Plenel…).

On se rappellera également que notre cher ministre de l’Intérieur avait essayé de nous faire croire que les émeutes de novembre étaient orchestrées par les islamistes et que la plupart des jeunes interpellés avaient un casier judiciaire… Encore faux.

Alors prudence... Laissons à la justice le temps de faire son travail avant de tirer des enseignements politiques de certains faits divers. La dénonciation de l’antisémitisme aura d’autant plus de force et de crédibilité auprès des personnes les plus menacées par cette forme de racisme qu’elle se fondera sur des faits avérés et indiscutables.

Encore un chose qui m'excite dans le binôme Villepin-Chirac, le discours "Il faut lutter contre toutes les formes d'antisémitisme"... De quoi ?
L'antisémite hait les Juifs et leur fera tout le mal qu'il pourra. Qu'il soit muslim ou supporter du PSG au crane rasé.
Mettre deux niveaux d'antisémitisme, l'un correct politiquement et l'autre historique, c'est déjà être hostile aux juifs. Il y a la même rhétorique chez Ahmadinejad que chez Hitler.

...la suite
Pour ce qui doutent de l'antisémitisme, quand le Fofana demande à la famille de s'adresser à la synagogue pour réunir la rançon, quand il n'appelle pas lui même la rabbin, c'est du lobbying ?
http://www.nouvelobs.com/articles/p2155/a295538.html

Aymeric,
Le « social » est aussi en cause, même si on peut se demander si tout, y compris l’antisémitisme, le racisme, etc., n’est pas « social ». Mais effectivement, il semble désormais qu’une agression antisémite ne puisse être authentifiée que lorsqu’elle est commise par un antisémite diplômé de l’Institut International d’Antisémitisme à jour de ses cotisations.

Blaise,
Merci.

Âne,
Le crime n’est pas qualifié d’antisémite. Le crime est commis par des antisémites. Les barbarians n’ont pas décidé de kidnapper un juif pour le torturer. Ils ont décidé de kidnapper un type pour le rançonner. C’est alors qu’ils ont affiné leur mode opératoire en choisissant des juifs, postulant que ces derniers sont riches et organisés en communauté soudée – sentiment préfabriqué qui se trouve être à la base de l’antisémitisme au-delà des aspects religieux (peuple déicide pour les uns, refus de souscrire à la vraie foi pour les autres).

Mais tu avais sans doute déjà eu la réponse à ta question en faisant toi-même un lien vers cet excellent article de Libé (ça arrive quand même de temps en temps...) http://www.liberation.fr/imprimer.php?Article=361919

Eviv,
Je souscris. Le fait que les types soient des brutes épaisses sans idéologie précise ne les empêche pas d’être antisémites. Encore une fois, il n’existe ni cursus universitaire (enfin, on peut faire de l’Histoire à Lyon ou du Droit à Assas...), ni carte de membre.

Paxa,
Tu te trompes. Les porte-flingues font partie des missions de service public non concernées par la directive. Dans le cas des porte-flingues italiens, il existe même un projet d’AOC.

Michel B.
Ma foi, je ne peux que répéter les mêmes arguments. Lorsqu’un colleur d’affiches du FN assassine un noir (Ibrahim Ali), ou qu’un groupe de skins balance à la Seine un Marocain (Brahim Bouaram), il n’y a évidemment aucun doute sur les intentions racistes des meurtriers (même si les skins diront qu'ils voulaient juste s'amuser un peu et que les colleurs d'affiches affirmeront avoir été aggressé les premiers). Mais on ne peut tout de même pas exiger des victimes qu’elles se débrouillent pour n’être assassinées que par des racistes en uniforme sauf à ne pas être reconnues comme victimes.

Bien entendu, tout le monde est d’accord pour considérer que les barbares de Bagneux n’étaient pas des intellectuels et que le "cerveau" n’était pas précisément un gourou théoricien féru de racisme scientifique et lecteur d'Alexis Carrel. Ils étaient essentiellement à la recherche de gens à kidnapper pour de l’argent et ont donc mis leurs quelques neurones en commun pour choisir de s’en prendre à des juifs, leur logique antisémite ordinaire les conduisant à penser que ce serait efficace et rentable (voir le lien proposé par All : http://www.nouvelobs.com/articles/p2155/a295538 )
.

Mais nous avions déjà eu des conversations du même genre au moment où les synagogues avaient une facheuse tendance à l'auto-combustion. Le phénomène ne te semblait pas différent des attaques de bus ou de camions de pompiers : juste l’expression de la connerie de quelques petits cons désœuvrés. Ok, acceptons ce principe. Mais admet que si ces petits cons désœuvrés ont l’impression de s’en prendre à l’autorité de l’Etat en attaquant les bus, à quoi s’en prennent-ils en attaquant des juifs ? De même, si un « Arabe » avait été kidnappé et torturé par un groupe de beaufs en treillis, si ces derniers avaient appelé les parents de leur victime pour demander de l’argent et les traiter de sales bougnoules à plusieurs dizaines de reprises, si certains membres du groupe, tout en rappelant leur intérêt premier pour le fric, avaient réaffirmé leur haine des « Arabes »... Ne trouverais-tu pas normal d’évoquer le racisme de ces truands ? Moi oui. Et sans hésitation.

Et lorsque tu viens dire que « la dimension antisémite de ce crime abominable, peut-être réelle, semble quand même être assez secondaire », que veux-tu que je fasse de ça ? Que j’en prenne mon parti ? Secondaire ou pas, peu me chaut.

Sur un autre plan, tu considères qu’il n’est pas normal d’amalgamer barbares et racailles. Présumons pourtant que, si Sarkozy avait utilisé le mot barbare à la place de racaille, les critiques auraient été les mêmes (rappelle-toi des "sauvageons" de Chevènement). Ce coup-ci, il se trouve que les barbares s’auto-désignent. Amusant, non ?

Sur le même thème, tu précises que « le terme de "racaille", est communément utilisé pour désigner des petits voyous de banlieue (...), voire des jeunes auteurs d’incivilités (...)». Ce n’est donc que ça ? Mais alors comment un qualificatif si anodin a-t-il pu déclencher trois semaines d’émeutes ?

Enfin, pour la prudence à observer afin de laisser la justice faire son travail, je propose – Tariq Ramadan style – un moratoire sur toutes les indignations dans l’attente d’une décision officielle permettant de s’indigner. Ca sera la vraie sagesse...


Coco,
Le MRAP passe son temps à se déconsidérer. Ceci-dit, il est devenu le défenseur attitré des musulmans et la Licra est devenue le défenseur des juifs. Quand j’étais jeune et militant, et que nous défilions pour SOS Racisme, le petit « Touche pas à mon pote au revers », on ne se posait pas ces questions et on se battait contre tous les racismes. Ca me manque un peu.

Une suggestion: pourquoi ne pas faire plusieurs pins "touche pas a mon pote"? Un pins main droite pour "touche pas a mon pote juif", et un pins main gauche "touche pas a mon pote musulman". Comme ca, tout le monde sera content. Et dire qu'en Israel il y a 20% de citoyens musulman et que ce ne se passe pas si mal...

Je trouve que l'on oublie un peu vite que ces barbares se sont aussi attaqués à des médecins, parce que "les médecins, ça a du fric" et que si l'un ne peut pas payer, ses associés pourront le faire. Preuve de l'intorérable racisme anti-médecin des tarés de Bagneux. Un racisme anti-médecin qui se répand de plus en plus dans la société française et qui constitue à l'évidence l'une des principales motivations des criminels. Il faudrait plus insister là-dessus...

Doc,
Je pense qu'il était indispensable que ce commentaire soit fait pour renvoyer tout le monde dans les cordes. Donc pas d'antisémitisme. Affolement ridicule des juifs et de politiques. Patati et patata (note tout de même que ce point avait déjà été adressé plus haut sans cette ironie médicale plutôt plate).

Pour conclure (en ce qui me concerne), je maintiens mes propos sur les amalgames dangereux entre "barbares" et "racailles" et entre plusieurs événements (meurtre ignoble d'Ilan, émeutes de banlieue et réactions fanatiques aux caricatures du prophète) qui n'ont ni la même nature ni la même signification. Tout rapprochement dans ce domaine, outre qu'il entraîne de lourds contresens dans l'analyse des événements, contribue à mon avis à entretenir les équations simplistes, le communautarisme et le racisme sous toutes ses formes...

Concernant le meurtre d'Ilan, pour moi, ce n'est pas un crime antisémite, c'est un crime tout court (abominable), commis par des barbares (à la réflexion, le mot me semble faible) dont la motivation principale est le pognon même s'ils véhiculent (sans doute sans le savoir) certains clichés du prêt-à-penser antisémite. Transformer ce crime en crime antisémite me semble être une erreur d'analyse même si cette dimension ne doit pas être pour autant occultée.

Hugues,

Je ne niais pas toute pertinence à une lecture sociale. Il est, par exemple, difficilement contestable, que la misère produit davantage de violence qu’un univers plus protégé.
Ce qui me gène davantage, et sans vouloir trop faire mon « Finkie », c’est quand on raisonne en termes de déterminisme absolu pour ensuite justifier l’absence de condamnation avec des appels à la contrition du genre : « Vous les puissants, vous n’avez pas le droit d’émettre le moindre jugement réprobateur sur les agissements, aussi mauvais soient-ils, d’une classe de la population car vous en êtes les créateurs ».
Avec des raisonnements pareils, outre qu’on excuse à peu près tout, on réduit des hommes à des pantins sans sens de la responsabilité ni volonté propre.

Il y a une incompréhension sur les termes du débat : cherche-t-on à savoir si (i) il s'agit d'un crime commis à raison de l'appartenance de la victime à une "race" ou à une religion déterminée ou (ii) il s'agit d'un crime commis par des antisémites et ayant des motivations antisémites. Sur (i), comme le dit Hugues, la justice fera son boulot. Sur (ii), je maintiens à 100% mes propos, les coupales (ils ont reconnu les faits, donc, j'emploie le terme) ont reconnu que leur action, bien que motivée par l'argent, a été dirigée contre un Juif parce que les juifs ont du pognon et que c'est un lobby soudé (donc on peut demander à la synagogue de payer pour la victime). C'est ridicule d'écarter ce dernier point d'un revers de la main, genre "c'est un détail et d'ailleurs cessez de parler de l'antisémitisme dans les banlieues, vous ne faites que stigmatiser ces jeunes" [ce n'est pas en cessant de parler d'un phénomène que ce dernier cesse d'exister].

pas si simple toute cette histoire monsieur
http://www.afp.com/francais/news/stories/060224135211.if4d1hsu.html

Effectivement, pas si simple... Puisque les partis d'extrême droite (FN, MNR) et de droite extrême (MPF) se rallient maintenant à la manif contre le racisme et l'antisémitisme et en profitent pour dénoncer "l'islamisation de la France" et "l'immigration massive". D'où l'importance d'éviter tout amalgame et tout rapprochement simpliste... Car l'on sait déjà à qui profiteraient ces dérives...

Plus qu'une erreur d'analyse, la communautarisation excessive du calvaire d'Ilan était à l'évidence un piège. Les médias et les politiques ont manqué de prudence et le piège est en train de se refermer. La récupération politique de cet horrible crime se répand tous azimuts...

Premier épisode : nous aurons le plaisir de voir dimanche de Villiers (et sans doute Le Pen et Mégret) plastronner à la manif "en tant que porte-parole de l'unité républicaine face au communautarisme islamiste" (sic).

"Nous avons reçu ces derniers jours énormément de messages d'organisations juives, qui nous demandent de continuer de dénoncer l'islamisation de la France", précise même le numéro 2 du MPF.

Malheureusement, ce n'est sans doute que le premier avatar de la radicalisation annoncée...

Franchement.

Si le FN, ou le parti du blaireau vendéen raconte que la terre est ronde, dois je assumer qu'elle est plate ?

Leur présence gênante ? Leur existence tout court !!! Ils ne vont pas m'imposer où est le bien ou le mal.

Ils veulent récupérer. No problem. Je (on) a des choses à dire. Pourquoi s'écraser devant eux ?

Et puis quoi ? Y a un pb de lâcheté dans ce pays, ou quoi ?

On a vite fait dans ce genre d'affaire de se laisser entraîner sur un terrain qu'on ne maîtrise pas beaucoup parce qu'on est dans l'affectif, parce que la paranoïa de tous et de chacun remonte vite à la surface. Je ne vais pas disserter des heures sur la réalité d'antisémitisme de ces assassins parce que le fait qu'ils soient des tortionnaires me suffit amplement à les condamner.
Par contre, ce genre d'affaire et les réactions qu'elle entraîne réactive toujours en moi un questionnement fondamental qui m'oblige à aller au-delà d'une réaction spontanée et quelquefois, il faut bien le dire, trop viscérale... Le racisme, c'est d'abord et toujours le problème de ceux qui le pratiquent. Si ceux qui en sont les victimes le vivent mal, c'est une façon d'intéger dans son for intérieur le racisme et donc presque de l'accepter. Je ne me sens ni offensée, ni agressée par le racisme de quelqu'un. Je le considère bien sûr comme une erreur fondamentale et je ne laisserai jamais passer un propos raciste sans réagir. Mais surtout parce que je pense d'abord que le racisme ne résiste ni à l'éducation, ni à la culture.
Les haines viscérales et racistes qu'on voit apparaître ont des racines ailleurs que dans la différence entre les protagonistes. C'est plutôt l'utilisation politique qu'on fait du racisme qui me pose question. Et tout ce qui tourne autour des juifs, des sionistes, d'Israël et des Palestiniens reste pour moi de l'ordre d'une grande manipulation en miroir dont tout le monde a du mal à s'extirper.
Il est certain que les meurtriers d'Ylan seront condamnés à de nombreuses années de prison. Quand on a 25 ans de tôle devant soi, est-ce important qu'on en ait 10 de plus parce que c'était un crime raciste ? Par contre, que ces criminels soient amenés à un réel travail sur leurs motivations, sur les raisons de leurs croyances débiles, bref sur leur connerie (soyons clairs) serait certainement le meilleur moyen d'avancer efficacement et positivement.
Toutes nos discussions après coup sont inutiles.

quelques posts et commentaires intéressants sur le blog de Guy Birenbaum :

http://birenbaum.blog.20minutes.fr/

Mouais...
Il n'empèche que je trouve le principe de précaution actuel un peu tartuffe.
Pour mémoire :

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/article.php?LO=1784&ARTICLE=11
http://www.humanite.presse.fr/journal/2002-10-07/2002-10-07-40910
http://www.humanite.presse.fr/journal/2002-10-07/2002-10-07-40872

L'absurdité des actes de cet homme isolé n'a rien à envier à ces "barbares" commes ils se nomment eux-mêmes. Je trouverais ennuyeux qu'on essaye d'opposer les uns aux autres pour distribuer les points de la plus grande horreur commise. Je vois là-dedans des hommes qui ont perdu leur propre humanité. Déshumaniser Ilan ou Mohamed ? Mais eux-mêmes ne sont plus des humains, ceux qui décident de prendre la vie à d'autres... Ils sont sortis de notre champ du compréhensible pour entrer dans celui de l'animalité. Encore que l'animal ne tue que pour manger....

[Trackback manuel]

Le crime était causal.

http://phnk.com/blog/scpo/le-crime-etait-causal/

Lire le point de vue d'Eric Dupin (que, comme l'indiquent mes commentaires précédents, je partage entièrement) : http://ericdupin.blogs.com/murmures/2006/02/peurs_et_simpli.html

Curieux titre. Des crimes aussi ignobles ont été commis par des jeunes gens dits "de bonne famille"dans les années 90, L'aurait-on oublié ?
Pourquoi mettre la photo de cet assassin ? Regardez plutôt le visage d'Ilan.

Et Jospin a cru bon de préciser lors de cette manif très "oecuménique" : "Il faut être clair sur le fait qu'on n'utilise pas une cause contre d'autres. On ne fait pas de l'antisémitisme un élément de racisme envers d'autres". Cela va sans dire mais cela va mieux en le disant, quand l'extrême droite traîne dans les parages, manifestant contre "le communautarisme musulman", "l'islamisation de la France" et "l'immigration massive".

Précision suite au post précédent : Jospin (ou le journaliste de l'AFP qui a rapporté ses propos) voulait évidemment dire : "on ne fait pas de la lutte contre l'antisémitisme un élément de racisme envers d'autres" (même s'il manque l'expression "lutte contre" dans la dépêche, ce qui n'a en fait aucun sens, mais cette coquille m'avait échappé).

Excellente analyse.

En passant, une petite suggestion de lecture : http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0,50-745556,0.html

de l'article précédent :
"Imaginons une seconde un jeune musulman séquestré et torturé par un groupe commandé par un "gaulois", selon la terminologie en vogue. Que dirait-on ? Qu'il s'agit d'un crime raciste. Et l'on aurait raison."

ha bon ? et laisser la justice faire son travail et nous expliquer le mobile, ce serait pas mal non plus non ?

Effectivement (j'avais lu cet édito du Monde) Laurent Greilsamer est plutôt sur la même ligne que toi, tandis qu'Eric Dupin partage sensiblement le même point de vue que moi... Mais nous nous accordons tous pour ne pas occulter la dimension antisémite de ce crime (même si, à mon avis, je le répète, elle semble très secondaire dans cette affaire et ne justifie pas, de mon point de vue, la communautarisation excessive qui s'en est suivie. Mais, tu me connais, étant un athé radical, j'aurai toujours du mal à catégoriser les gens en fonction de leur religion, et, étant un incorrigible républicain, je me méfie comme de la peste du communautarisme).

J'ai également lu un article du Monde dans lequel l'auteur, spécialiste de l'antisémitisme, se demandait sans rire si le gang des barbares ne s'était pas inspiré d'un autre stéréotype du prêt-à-penser antisémite en utilisant un appât féminin pour attirer ses victimes. En effet, selon lui, certains prêtent depuis le Moyen-Âge un appétit sexuel démesuré aux Juifs. J'avoue que je ne connaissais pas cette légende (pardon, cette "constante de l'antisémitisme") mais sans doute Youssouf Fofana et sa bande, qui semblent beaucoup plus cultivés que moi, y avaient-ils pensé...

Non, non. Pour l'appétit sexuel, c'est vrai...

Par ailleurs, j'ai remplacé la tête du barbare en chef par la photo d'Ilan Halimi : je n'avais plus envie de voir cette tronche sur mon blog. J'aimerais bien aussi un autre titre pour la note mais je n'ai pas d'idée.

Nadine Jeanne a frappé ? Je ne comprends pas sa remarque ni l'opportunité de te dire ce que tu dois écrire et la photo que tu dois choisir (quoi que tu sois libre d'en avoir marre de la gueule de Fofana).

Avec un titre tel que "dans le cerveau des barbares", il est plus logique de voir une photo de Fofana que d'Ilan Halimi. Quant aux mêmes crimes par des "gens de bonne famille", on aimerait davantage de précision. Qu'est-ce qu'il se passe ? Ce serait anti-défavorisés et raciste que de présenter la photo de l'auteur de ce crime, sous le nom qu'il s'est lui-même donné ? On n'est pas assez grands pour comprendre que ce n'est pas parce qu'il est noir qu'il est violent ? Je trouve ça d'un politiquement correct assez ridicule.

Le titre précédent était "Barbares ou racailles", mais il ne me satisfaisait pas et je ne l'ai pas changé à cause de l'intervention de Nadine Jeanne -- même si je comprends pourquoi elle le trouvait étrange. En tout cas, il ne reflétait pas vraiment l'esprit du papier. Et la photo du barbare me dérangeait de plus en plus.

communiqué de l'Union juive française pour la paix :

http://www.ujfp.org/modules/news/article.php?storyid=91

Cobab,
Je ne suis pas certain de voir ce que ce communiqué apporte de nouveau. Comme le MRAP, après une très brève et très conventionnelle expression de "l'émotion et de l'indignation", patati patata, que suscite cet "assassinat barbare", c'est tout un baratin sur l'absence de motivation antisémite et l'importance de ne pas stigmatiser une communauté qui fait l'essentiel du message.

D'abord, rappelons que l'UJFP est une microscopique organisation ne représentant pas grand monde, en dépit de son intitulé aux accents institutionnels. Sa petite dimension n'enlève rien à la légitimité de ses prises de position, bien évidemment, mais établissons tout de même que ses points de vue n'engagent en rien les Français qui se considèrent comme juifs (à ce titre, le CRIF est d'ailleurs tout aussi peu pertinent -- tout comme le CFCM pour les musulmans ou les multiples associations diocésaines pour les catholiques).

Posons-nous ensuite la question de savoir pour quelle raison une organisation dont la raison d'être est d'obtenir le droit à l'autodétermination du peuple palestinien par la création d'un Etat souverain a besoin de se positionner sur la commission d'un crime en banlieue parisienne. Pourquoi, également, a-t-elle besoin d'intervenir pour éviter "la criminalisation de toute une population" en rappelant que des tracts salafistes ont été découverts dans les affaires des assassins (l'UJFP mentionne aussi des "documents propalestiniens", mais je n'ai pas vu passer cette info - mais on aurait aussi bien pu mentionner Pariscope ou Spirou) ?

Pour moi, c'est au contraire ce genre de réaction qui risque de provoquer amalgames et confrontations communautaires. Le meurtre d'Ilan Halimi est fondamentalement une affaire de gangsters dont la logique opératoire se trouve être incontestablement colorée par un antisémitisme de beaufs. Mais la bande des Barbarians n'a strictement rien à voir avec la cause palestinienne, la question de l'Islam en France ou tout autre "dossier majeur"...

Que l'on s'interroge sur l'ultra-violence des bandes qui règnent sur certains quartiers, c'est une bonne chose. Mais que l'on se mêle de prendre la parole, en tant que "juifs officiels", pour tenir ce genre de propos est absurde. A fortiori lorsque l'on se contente de reprendre les les mêmes arguments rebattus sur l'affaire du RER D et autres. Argument censés semer, l'air de rien, ce fameux doute sur la réalité de l'antisémitisme. Incidemment, ces mêmes arguments sont répétés en boucle sur le site de Dieudonné, sur le forum d'Oumma.com, bref, chez tous ceux qui semblent avoir un problème avec les juifs plutôt qu'avec les gens qui les tuent.

Personnellement, je me considère comme un véritable antiraciste, prêt à dénoncer toutes les formes de discrimination sans me préoccuper de savoir si elles confortent ou pas telle ou telle posture politique. Je suis par ailleurs totalement convaincu par la nécessité politique, historique et morale de la création d'un Etat palestinien. Mais, franchement, j'aimerais que l'on m'explique le rapport avec Youssouf Fofana et ses sbires...


Arf, si la création d'un Etat ne tenait qu'à la "nécessité politique, historique et morale", on en aurait pas 191 !!

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004