« Hurler avec les loups me fait mal à la gorge | Accueil | Le grand retour d’Albert »

mardi 20 septembre 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

"remporter des concours de circonstances" alors celle -là je vous la pique sans vergogne avec la ferme intention de la ressortir à mes amis ébahis par tant d'à-propos langagier.

En fait vous décrivez différentes prestations offertes dans le domaine professionnel décrit, au regard d'interventions individuelles à vocation représentatives , de l'offre de formations professionnelles nationales...Dans l'exemple cité, où se trouve le rapport avec la politique allemande? Sur l'offre de formation efficiente?

Pikipoki,
No problemo, il ne s'agit d'ailleurs pas d'une expression inédite...

Brett,
1) Il n'y en pas vraiment. J'avais prévenu que l'analogie était un peu tirée par les cheveux mais j'avais envie de raconter cette histoire. J'ai juste profité de ces histoires de coalitions multicolores pour donner le sentiment d'être en phase avec l'actu.

2)Ben non, pas du tout...

C'est passionnant.

Cela me fait penser (le registre est sombre, pardonnez-moi) à quelques réflexions de prisonniers de camps de concentration allemands:
lorsque les premiers prisonniers français arrivèrent à Dachau qui existait depuis 1933 (à peu près), les prisonniers allemands leur ont reproché de mettre du désordre dans les rangs et de manquer de discipline... (ce qui vu le contexte me paraît absolument cocasse. Mais bon, un rien me fait rire).
Un prisonnier compara l'organisation et la rigueur des camps allemands au désordre et à la gabegie des camps français (camps à la frontière espagnol qui regroupaient je ne sais plus pour quelles raisons les Espagnols républicains), à quoi un Espagnol répliqua : "Ne reprochez pas aux Français leur laissez-aller".
Cela doit se trouver dans "Les chemins de la liberté", de Edmond Michelet.

De l'observation des camps, il ressort que les pires étaient sans doute les Ukrainiens.
A la lecture des grands auteurs russes, je m'émerveille de retrouver toujours, à un moment où à un autre, le mot de pitié (compassion).
Etc.

Il reste, très justement, que "mon expérience de la vie m’avait plutôt conduit à considérer qu’il existait aussi des Suisses bordéliques et des Italiens méticuleux"...

Alice,
Hum, je vois ce que vous voulez dire, mais votre analogie est peut-être un poil extrême. Mais bon, la mienne était déjà tirée par les cheveux, passer de ce concours aux élections allemandes n'étant pas vraiment raisonnable...

Ca y est : la grande coalition est née ... Que du bonheur intense !!! La seule chose souhaitable est qu'elle ne dure pas, que cette hérésie politique qui voit la sociale démocratie s'allier à la CDU/CSU ne détruise pas le sens civique des électeurs de gauche qui par résignation ont voté SPD pour éviter Merkel et l'auront quand même, des électeurs verts qui doivent se sentir trahi, et de ceux de Linke, qui pensait déjà que gauche et droite se ressemblait trop ...
Et si la seule bonne nouvelle pouvait être de montrer la non sens politique de cette option à quelques camarades français ???

Si le SPD a fait alliance avec la CDU plustôt qu'avec le Linkpartei, c'est que certains des leaders du linkspartei ont du sang sur les mains.
Je suis fier d'avoir soutenu au congrès du PS une motion (Bockel) qui refuse toute alliance avec l'extrème gauche.
D'ailleurs, j'ai fait un blog pour défendre ses idées
http://blairisme49.skyblog.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

DSC_3069
Are you talking to me? Email

Fini-parti

Sardines

Dark side

Coup de sabre

Théologie amusante

Maillot noir

Identité nationale

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004