« « Trainspotters »: la vie duraille des ferrovipathes anglais | Accueil | Tramway marchandises : rêve de bobo anti-camion ou vrai mode de transport ? »

jeudi 10 janvier 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sauf que, c'est fini, je ne choisis plus La Poste pour mes colis quand je peux. Que ce soit le facteur ou Chronopost, ils te mettent un avis dans la boite aux lettres pour que tu te déplaces sans sonner chez toi. Alors que tu es là et parfois là parce que tu les attends. Si tu vas au guichet pour réclamer le gars hausse les épaules, désabusé, il a eu 10 réclamations depuis le matin et n'a aucun pouvoir sur l'abruti distributeur.

"maintenant qu'elle n'a plus (ou presque) de courrier à transporter, La Poste est donc bel et bien un transporteur de colis"...
c'est un peu anticipé...
rappelons tout de même que le nombre de plis du courrier est dix fois le nombre d'objets du colis et son CA, le double : 10 Mds € vs 5 Mds €...
10 Mds d'€, c'est un CA respectable qui fait quand même vivre 150 000 personnes...
un "détail", sauf pour les abonnés,
la Presse est aussi un client important , et exigeant de La Poste !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

www.com-vat.com, blog de gauche ?

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Sur le Net

Trousse à outils

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004