« Spéculation immobilière: le drame caché des autos SDF à Paris | Accueil | Mode de scrutin : une VIe République pour les Britanniques ? »

mardi 03 mai 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mise à part la couleur droitière de cet article, qui s'en prend à "une certaine presse", utilise l'attaque ab hominem à l'encontre de Plenel -qui a moins à prouver en journalisme d'investigation, en prises de risque personnelles que Serraf, on constate que l'absence de toute mise en perspective des informations publiées par Mediapart avec le résultat des actions en diffamation démontre clairement l'envie de nuire plus que l'intention d'informer... ou même d'inciter à réfléchir.

Cela fait penser à ces bien pensants qui aiment à dénigrer le Canard Enchaîné... pourtant organe de presse indispensable en république bananière de France.

Bref, voici un article qui ne nous apprend rien et n'existe que par une sorte de populisme des plus nauséabonds : Celui qui consiste à dénier tout droit critique et moraliste à quiconque ne serait pas en mesure de certifier sa perfection. Ce faisant, l'objectif est atteint : Attirer l'attention sur le doigt plutôt que sur la lune que le doigt montre.

Mediapart n'est pas irréprochable mais son rôle est socialement et politiquement utile, en particulier dans un pays qui se montre incapable de traiter les conflits d'intérêts de sa classe politique.

Ce qui transparait surtout, ce sont les probables râteaux à l'embauche de Serraf chez Mediapart et l'adéquation parfaite de l'article avec les attentes du lectorat d'Atlantico.

Je ne vous félicite pas.

Houla, la Grenouille, faut arrêter les amphèts...

Pour ma part je trouve la critique d'Hugues assez justifiée, que ce soit pour médiapart ou les autres d'ailleurs : enregistrer un homme politique 24h sur 24 et en faire des tonnes à la première phrase de travers, c'est le degré zéro du journalisme et de l'analyse politique.

Parce que certes quand un Hortefeux sort une petite phrase sur les auvergnats, c'est pas joli-joli, mais quand les médias en parlent pendant 3 semaines et se sentent satisfaits d'avoir fait leur boulot d'investigation et d'avoir "traité les conflits d'intérêt de la classe politique" comme vous dites, je m'étrangle.

Parce que pendant que les "journalistes" parlent de ce sujet et marquent à la culotte les hommes politiques en guettant le mot de travers, ils ne sont pas dans les états-majors des armés à recueillir des infos sur les bourbiers afghans et lybiens où on s'est enferrés, ni à vérifier que tel ministre ou président de région se fait construire sa piscine sur ses propres deniers ou ceux d'une société qui a reçu un marché public, ni à expliquer que la dernière loi de sécurité intérieure qui-va-protéger-les-braves-gens va surtout fliquer le citoyen de base et sera une passoire à terroristes, j'en passe et des meilleures.

Toutes ces infos, on peut notamment les trouver dans le canard, qui a su garder le sens des priorités : les "petites phrases" sont traités rapidement dans la mare aux canards en page 2, et les "affaires" occupent le reste du journal. Un média, quel qu'il soit, qui inverse ce ratio ne peut pas être considéré comme un média d'investigation, et arrange même le pouvoir en cachant les vrais problèmes derrière le rideau de fumée des faux-pas verbaux.

Chère Grenouille,

Cet article ne s'en prend pas à une "certaine presse", il s'en prend à Médiapart. On ne dit pas "ab hominem," mais "ad hominem" (à la limite, "ab absurdo" conviendrait à votre réaction).

Vous devriez expliciter ce qu'est la "couleur droitière" de ce que je dis. La droite, ce n'est pas une couleur et je ne saisis pas en quoi se moquer de journalistes qui se prennent pour des justiciers et pensent que la fin justifie les moyens est "droitière".

Par ailleurs, j'ai le droit de dire ce que je pense de Plenel, même s'il a quinze ans de plus que moi, une moustache et des cheveux. J'ai également le droit de penser ce que je veux de Médiapart et de l'exprimer.

Enfin, l'usage du cliché "nauséabond" est passé de mode, je crois que les commentateurs anonymes préfèrent désormais "vomir" lorsqu'ils n'aiment pas un article.

Je n'ai rien à faire de vos félicitations.

FFB, j'admets volontiers votre critique et suis content de trouver votre discernement en matière de dénonciation...mais voilà : Pour ma part, je suis très satisfait qu'un média s'asseye de temps à autres sur la manière et privilégie la diffusion d'enregistrements qui nous informent réellement sur la collusion Woerth/Bettencourt, les questions ethniques à la FFF, l'idéologie personnelle de nos ministres de l'intérieur, les difficultés de Trevidic, pour ne parler que des sujets sociétaux. Autant de signes d'une réalité indiscutable mais difficile à traiter pour notre société.

Le silence convenu qui entoure ces sujets est mortifère et j'apprécie que Mediapart nous informe, même en utilisant des enregistrements illégaux, même en "habillant la mariée" pour vendre. Reste à voir ce qui est un problème pour nous : Le problème dénoncé, la dénonciation elle même, l'absence de mesures correctives... Précisons également le rôle de Mediapart ne se résume pas à de l'écoute honteuse et à la presse caniveau, contrairement à ce que vous prétendez.

Je maintiens donc que l'article de Serraf ressemble plus à une manifestation d'animosité personnelle qu'à une réelle analyse des apports de ce média et des risques portés par ses méthodes... et je le répète : Lorsque le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.

Pour les amphets, j'ai arrêté, merci.
Je n'ai conservé que la paille, celle que Serraf voit dans l'oeuil de son voisin, alors qu'il publie lui même sur Atlantico... sans commentaire !

Grenouille,
Je ne crois pas que l'on puisse terminer un commentaire de quatre paragraphes par "sans commentaire".

Serraf, ailleurs s'écrit avec un "S" et l'on conclut un commentaire par une absence de commentaire sur un point particulier si on le juge opportun. Merci pour "ab" qui n'est pas "ad", décidément, sur le fond, vous êtes très fort.

Oui vous pouvez moquer. Mais lorsque vous moquez sur un media comme Atlantico, vous pourriez mettre en perspective votre sujet et votre support, dont la couleur politique - ne nous déplaise - est clairement droitière mais surtout totalement acquise à l'anti gauche primaire, au point que même des informations utiles seront occultées au motif qu'elles sont portées par des médias étiquetés.

Ne vous ayant découvert que récemment, j'ai cru un instant pouvoir compter sur un non-alignement éditorial intéressant et presque considéré votre arrivée chez Atlantico comme le gage d'une ligne ouverte.
Lorsque vous publiez de l'anti mediapart inconsistant, clientéliste et qui ne fait preuve d'aucun discernement (ce sont là les indices du positionnement droitier de votre article), je vous le fais savoir uniquement parce que je vous crois capable de comprendre la différence entre une opinion épidermique et une critique journalistique. Je ne conteste donc pas votre liberté d'expression mais la qualité de cette expression.

"Nauséabond", avant d'être une mode ou un cliché, fut un mot porteur d'un sens qui correspond précisément à la méthode employée, que je rappelle : "dénier tout droit critique et moraliste à quiconque ne serait pas en mesure de certifier sa perfection".
Vous vous gardez bien d'aborder cet aspect, préférant sans doute commenter "ab" et "ad"... je repasserai donc pour causer d'orthographe, pas d'idées.

Serraf, j'ajoute que lorsque vos articles me semblent intéressants ou judicieux, je vous le fais savoir. Je ne me souviens pas que vous m'ayez éconduit après des compliments. Il ne vous faudrait que des fleurs ? Ben non, sorry mon chou.

Personnellement, j'apprécie plutôt Edwy Plenel et j'ai apprécié le traitement par Mediapart de l'affaire Woerth-Bettencourt. Et quand règnent l'opacité et le secret sur certains sujets, je ne suis pas choqué des méthodes employées pour faire surgir la vérité.

Ceci étant dit, dans l'affaire du foot, ce qui est journalistiquement condamnable, c'est la transformation des faits (des discussions sur le problème des binationaux qui sont formés par la France et jouent ensuite pour d'autres pays ou le profil des joueurs à rechercher) en accusation de racisme, qui est ici à mon avis complètement fausse. La volonté de faire du buzz ne peut tout justifier.

Michel B.,
Ben c'est exactement ce que je dis, en fait (même si sur Bettencourt, c'est compliqué). Mais il y a aussi eu l'affaire du concours qui m'est restée en travers de la gorge.

C'est beau !

Effectivement on devrait faire comme eux... mais je te rassure tout de suite Hugues, il est possible de lancer le buzz sans la moindre preuve pour au moins quelques semaines :)

Y'aura au moins un bon retour sur investissement sur le court terme. Si toujours pas de preuves sur le moyen et long terme, il suffit de se faire passer pour une victime pour maintenir voir fédérer son lectorat.

Pour moi la question tourne plus autour du rôle du journaliste que d'autre chose. De nombreux blogueurs ont bien montré qu'il était facile de taper sur Internet, les blogs, Twitter... mais le problème ne vient pas de la source initiale mais bien plus des journalistes qui reprennent les infos sans croiser les sources et faire un travail de mise en contexte. Cela donne du crédit à ces informations non qualifiées.

Il faut se poser la question ensuite de savoir si l'on considère Médiapart comme une boite de journalistes...

Merci à Grenouille d'éviter les attaques personnelles, le style agressif et condescendant, les procès d'intention et d'argumenter un peu plus.
Ensuite, contrairement à ce qu'Hugues affirme, les enregistrements ne sont pas anodins. Ils ne sont pas faits à la machine à café mais au cours d'une réunion officielle, avec une vingtaine de participants et abordent durant des heures des sujets délicats. Ce qui s'y est dit n'est pas anecdotique. Enfin et surtout, il ne s'agit pas de la question des bi-nationaux (encore que dans la mesure où la quasi totalité de ceux qui partent servir une équipe étrangère le fnt après avoir été écartés de l'équipe de France A, on se pose des questions sur ce qui sous-tend la demande de limitation...), mais des clichés consternants sur les qualités physiques supposés des "blacks" (vous savez, "blacks" ce n'est pas raciste, mais "noirs", oui...). Beaucoup d'extraits de cette réunion sont lamentables. Alors on peu minimiser, prétendre à un vague propos tenu hors contexte, mais malheureusement, ce n'est pas le cas. Alors pour critiquer Mediapart sur cette question, et on peut le faire tant les titres déforment les propos, il est inutile de déformer l'information, Hugues.

http://presite.mediapart.fr/atelier-journal/equipe

ça manque de noirs et d'arabes tout ça ! faudrait penser à instaurer des quotas chez Médiapart...

je sais, ça fait populiste, mais ça me soulage. Mais si mon commentaire n'est pas publié.

cordialement


Paulo

Sur le fond même, Laurent Blanc n'a rien à se reprocher. Il a le droit de vouloir de privilégier des joueurs plus techniques plutôt que des joueurs plus athlétiques. Il constate que les joueurs plus athlétiques sont plus souvent noirs, que c'est un stéréotype qui est ancré dans les esprits des recruteurs. Il a le droit de voir ça, il est bien placé pour savoir de quoi il parle. Il n'a jamais dit qu'il voulait moins de noirs, seulement qu'il voulait des joueurs plus techniques (et personne ne dit qu'on ne peut pas avoir cette qualité et être noir).

Le vrai problème de cette histoire, c'est bien Mediapart : on passera sur le coup de l'enregistrement, mais faire un article parlant explicitement de volonté de diminuer le nombre de noirs et d'arabes, en regard du verbatim, c'est tout simplement mensonger. Et c'est une honte.

Eh beh...

Il m'arrive moi-même très souvent d'engueuler mon copain Hugues comme du poisson pourri quand je trouve ses plaisanteries d'un goût douteux, mais là, je trouve quand même la réaction de Grenouille un peu too much. Hausser une notule construite autour d'une vanne à deux balles (plutôt drôle, d'ailleurs) au niveau d'un éditorial sournois de "Je suis partout" contre les derniers bastions de la liberté de la presse, ça me paraît quand même quelque peu exagéré.

Sur Atlantico, chais pas (je ne lis pas), mais ici, j'avais le sentiment qu'on était surtout là pour rigoler. En tout cas, c'était comme ça quand ce blog était tout jeunet... Faudrait pas que ses commentateurs le fassent vieillir mal.

Ils ont quand même oublié un élément important dans leurs enquête, nos apprentis Sherlock Holmes : le mobile.

Les dirigeants de la FFF ont théoriquement un objectif double: former des footballeurs talentueux, en particulier pour l'équipe nationale, et promouvoir "la marque football" auprès du plus grand nombre.

Les quotas ethniques ne paraissent utiles pour aucun de ces deux objectifs. Les critères de sélection efficace des joueurs talentueux ne sauraient être que techniques (au sens large, incluant la performance physique des joueurs). Surtout, la promotion de la "marque football", au moins en France, s'appuie énormément sur l'égalité des chances, le respect de l'adversaire ou du partenaire quel qu'il soit, la louange de la diversité black-blanc-beur...

Il faudrait donc que ces messieurs aient le racisme chevillé au corps pour qu'il songe à mener une politique aussi suicidaire...

Ca amène mon autre conclusion, en corollaire. Si l'on a à coeur le combat anti-raciste en France, saboter l'institution du football en instillant le doute sur de prétendues motivations cachées des dirigeants de la FFF, c'est pas des plus malin.

A bied.alex,

Dans le contexte, les propos tenus ne sont pas racistes. Ce n'est parce que l'on dit par exemple, comme l'a fait le journaliste Pierre Menes récemment, que dans la plupart des équipes de foot amateurs d'Ile-de-France, il y a généralement deux grands blacks en défense centrale, un autre grand black devant la défense, un meneur de jeu d'origine maghrebine, et un grand black aussi avant-centre, que l'on est raciste.
Si l'on veut aller plus loin, dans le foot (et dans d'autres sports), les seules personnes discriminées sont les petits et les frêles (quelle que soit leur couleur).

Pour moi, ce qui est malhonnête dans l'attitude de Mediapart (que j'aime bien par ailleurs), c'est de laisser entendre par exemple que Laurent Blanc aurait tenu des propos racistes et qu'il y aurait une tentative de discrimination raciale dans le foot. Il suffit de regarder quelques matches pour savoir que ce n'est vraiment pas le cas : les meilleurs jouent, quelle que soit leur couleur ou leur origine.
Quant à Laurent Blanc, quand il était entraîneur de Bordeaux, il aménageait les horaires d'entraînement pour permettre à ses joueurs de confession musulmane de pouvoir vivre leur religion.

Bien sûr, le mot "quota" n'aurait pas dû être prononcé. Il l'est à propos du pourcentage de bi-nationaux dans les sélections de jeunes (qui serait de 45% actuellement et que l'un des membres de la réunion voudrait faire passer à 30%). Il ne l'est pas à propos de la couleur de la peau ou de l'origine ethnique. Et pour moi, c'est quand même une grande différence, qu'un journaliste avisé et responsable ne devrait pas feindre de ne pas voir (mais les nuances, ce n'est pas vraiment racoleur).

Quant aux bi-nationaux qui ne choisissent pas l'équipe de France, c'est souvent, il est vrai, parce qu'ils ne pensent pas avoir le niveau. Mais il peut y avoir des exceptions (Drogba, etc.) et les exceptions (genre Zidane), au foot, ça compte ! Les fédérations africaines sont aujourd'hui bien organisées et sollicitent de manière assez appuyée les jeunes bi-nationaux issus de la formation française. Cela peut quand même poser un problème si la France investit pour former des joueurs qui vont jouer plus tard pour d'autres sélections ; c'est quand même se priver d'un vivier de joueurs. Même si la solution ne peut être évidemment la mise en place de quotas. Mais tout cela n’a vraiment rien à voir avec le racisme.

Pour José Mourinho, considéré comme le meilleur entraîneur du monde (même si son étoile a pali récemment), le footballeur idéal, c'est "un Africain passé par la formation française"... Un raciste de plus sans doute.

Entièrement d'accord avec bied.alex

d'ailleurs l'historique de l'enregistrement, relaté ce matin sur France Info, est éloquent (la personne à l'origine de ces enregistrements l'a fait parce qu'elle était excédée de ce qu'elle entendait).

@Michel B.
"ce qui est malhonnête dans l'attitude de Mediapart (que j'aime bien par ailleurs), c'est de laisser entendre [...]qu'il y aurait une tentative de discrimination raciale dans le foot."
Concédons que la seule préoccupation des partisans de ces quotas soit le problème des bi-nationaux (plus exactement des bi-sélectionnables) ... et supposons qu'ils accepteraient l'éventualité d'un recrutement 100% antillais par exemple.
Même dans ce cas la solution proposée est discriminatoire, une discrimination fondée sur la nationalité des parents est tout aussi illégale que la discrimination raciale me semble-t-il. Le fait que les partisans de ces quotas voulaient les tenir cachés montre d'ailleurs qu'ils sentaient bien qu'il y a un problème avec ce genre de mesure...

Après vous pouvez difficilement nier qu'il y a au cours de la discussion un glissement de la question des bi-nationaux (qui pourraient être franco-suédois, franco-argentins ...) à des généralités sur les qualités des noirs(dont certains sont parfaitement mono-nationaux)... et là bied.alex a raison de dire que ça verse facilement dans les clichés douteux (mais pas illégaux).

@ Elias,

Je suis entièrement d'accord avec vous sur le fait que le mot et l'idée des quotas est condamnable comme je l'écris (deux fois) dans mon post. Mais il ne s'agit pas de quotas raciaux ou ethniques comme Mediapart le laisse entendre. Cela mérite d'être précisé.

En fait il y a deux questions distinctes que tout le monde mélange allègrement : celle des bi-nationaux (que la France forme et qui peuvent ensuite jouer pour d'autres sélections) et celle des critères de sélection des jeunes trop basés sur le physique et pas assez sur la technique... Indépendamment de la couleur de peau, puisqu'il y a évidemment en équipe de France des grands "whites" (Laurent Blanc lui-même en son temps ou Philippe Mexes aujourd'hui) et des petits "blacks" (comme Makelele, L. Diarra, Mavuba, M'Villa, Evra, etc.).

Il est vrai que certains propos sont pour le moins maladroits (je le concède volontiers), mais de là à parler de racisme, il y a un grand pas, franchi allègrement par beaucoup de monde (Mediapart en premier). Je pense que c'est vraiment exagéré.

J'ai eu l'occasion une fois de discuter avec un entraîneur des équipes nationales de jeunes de handball, chargé de la détection. Il me disait que la sélection des jeunes de 14 ans dans ce sport ne se faisait absolument pas sur la technique, mais quasi-uniquement sur le physique. Justification avancée : un grand costaud qui ne joue pas bien au hand, on lui apprendra ; par contre s'il est très doué techniquement mais que sa taille n'atteindra jamais 1,85 m, on considère (sans doute en grande partie à juste titre dans ce sport) qu'il n'a pas d'avenir.

@ Michel.B
Je ne crois pas qu'on soit fondamentalement en désaccord, mais je pense que le glissement du "problème" des binationaux (problème qui ne me parait pas si grave) aux considérations sur les critères de recrutement (physique / technique) est quand même inquiétant, ça donne l'impression que - pour certains du moins - le problème c'est qu'il y a trop de noirs dans le football français, et que tous les arguments qui justifierait d'en réduire le nombre sont bons à prendre (voir ce que Freud dit à propos de l'"argument du chaudron"). Après, d'accord pour dire que ça ne suffit pas à justifier une accusation formelle de racisme (d'autant qu'il faudrait préciser le sens donné à ce terme). Mais ce n'est pas exactement ce que fait Mediapart... il "laisse entendre", comme vous dites... Aurait-il mieux valu que Mediapart ne parle pas du sujet plutôt que de le présenter comme ils l'ont fait? Je ne le pense pas.
En tous cas, présenter l'action de Mediapart comme plus condamnable que les intentions qu'ils ont rendu publiques, me paraît tout à fait contestable.

Sinon, c'est tout de même amusant d'entendre des gens nous expliquer que les noirs sont plus physiques et les blanc plus techniques quand on se rappelle qu'il n'y a pas si lontemps, c'étaient plutôt les allemands ou les scandinaves qui étaient supposés incarner les bourrins du football...

Elias,

Mediapart ne "laisse pas entendre" comme vous dites. Mediapart a titré : "Foot français: les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes"

http://www.mediapart.fr/journal/international/280411/foot-francais-les-dirigeants-veulent-moins-de-noirs-et-darabes

Ensuite, un enregistrement obtenu à l'insu des participants, monté dans le but de soutenir une thèse, sortant les éléments de contexte et zoomant sur les propos litigieux donnera toujours l'impression - pour certains du moins - qu'il y a quelque chose de faisandé.

C'est le point que Hugues essaie de souligner.

@ Elias

Comme le fait remarquer Lib à juste titre (c'est le cas de le dire), titrer à partir des enregistrements "Foot français : les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes" n'est ni honnête ni professionnel du point de vue journalistique. Mais c'est plus vendeur que de dire (la vérité) : "Les dirigeants du foot français s'interrogent sur la forte proportion de bi-nationaux dans la formation de l'élite du football français et s'interrogent parallèlement sur l'importance sans doute excessive des critères physiques dans la sélection des jeunes".

Ensuite, c'est vrai, le mot et l'idée de "quota" est de trop et les propos de Laurent Blanc sur l'absence de blacks en Espagne, pour le moins maladroits. Mais de là à évoquer le racisme ou la discrimination raciale, c'est vraiment too much.

Le point de vue le plus intelligent sur les détails de cette affaire, c'est celui de Malek Boutih dans Le Monde. Malek Boutih, un type dont on aurait aimé que le PS se souvienne qu'il était dans le secteur...

http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/05/05/quotas-dans-le-foot-pour-malek-boutih-le-probleme-du-racisme-est-instrumentalise-pour-d-autres-enjeux_1517591_3242.html

sur l'interview de Boutih

mouaif

Que la divulgation de l'enregistrement soit liée à des luttes internes à la FFF tous les spécialistes du milieu du football le disent depuis le début et ça ne change rien à la gravité des faits révélés à savoir un projet de quotas discriminatoires (quoique non formellement raciaux).
Que Laurent Blanc ne soit pas raciste, soit.

Mais laisser entendre qu'à travers Laurent Blanc c'est le foot amateur qui est visé ne tient pas : M. Belkacemi représente bien plus le football amateur que Laurent Blanc.
J'ai tendance à penser que M. Belkacemi avait d'assez bonnes raisons de faire cet enregistrement, c'est pourquoi la focalisation contre la couverture de Mediapart me semble s'en prendre à l'écume de l'affaire et constituer une manière de se voiler la face.

Pour en finir avec l'interview de Malek Boutih (que moi aussi j'apprécie plutôt en général) : le fait de se placer sur le terrain moral pour apprécier le choix de joueurs "binationaux" de jouer pour un autre pays que la France me semble une erreur. Que je sache personne ne s'est inquiété qu'Eunice Barber ou les Duchesnay aient "trahi" leur pays pour représenter la France...

Pour ma part je recommande cet article
http://www.cahiersdufootball.net/article.php?id=4077

@Elias,

Merci de m'avoir fait découvrir les cahiers du foot. Ainsi donc, dans tous les domaines, même le foot, on trouve un groupe d'intellos gauchistes condescendants. C'est spectaculaire.

Sur le fond, leur article est d'une malhonnêteté sans nom. J'en résumé ici le fil :

1. Personne n'a jamais accusé Blanc de racisme.
C'est bien entendu faux. L'article qui a lancé l'affaire accuse clairement les dirigeants de racisme, et les media parlent alors de quotas de 30% d'africains et maghrébins http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/04/29/la-fff-dement-avoir-mis-en-place-des-quotas-discriminatoires-dans-les-equipes-de-france_1514414_3242.html

2. La première réaction de Blanc a été un mensonge : nier les quotas.
C'est à nouveau totalement faux : Blanc a été accusé de vouloir instaurer des quotas ethniques et l'a nié. Dans sa réponse il dit que le problème qu'il veut traiter est celui des joueurs bi-nationaux, il ne nie donc rien à ce sujet. http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/04/29/laurent-blanc-n-a-jamais-entendu-parler-de-quotas-discriminatoires_1514750_3242.html

3. Le sujet des joueurs bi-nationaux est une "obsession" pour les dirigeants.
Ils en ont parlé effectivement ce fameux 8 novembre. De là à y voir une obsession... Aparemment, ils se soucient aussi de monter une équipe qui gagne des matches.

4. Ca démontre bien que Blanc souhaite comme la société française discriminer les jeunes de banlieues ie. les noirs et les arabes.
Conclusion obtenue à l'issue d'un raisonnement confus où la volonté de se reprendre après le fiasco du mondial 2010 semble constituer une circonstance agravante.

C'est à gerber.

1) Accuser de vouloir instaurer des quotas discriminatoires (accusation fondée) n'est pas accuser de racisme (accusation non prouvable en l'état et vraisemblablement abusive).
On peut discriminer sans être raciste.
Accuser de racisme des gens qui contribuent parfois de manière inconsciente à des discriminations est sûrement contreproductif dans la lutte contre celles-ci.

2) Blanc commence par nier purement et simplement avoir connaissance de quotas.
Extraits de l'article que vous liez :
"Je n'ai jamais entendu parler de projet de quotas !"
"il n'y a pas de projet de quotas, c'est faux. Et c'est un mensonge de dire que le sélectionneur y a participé. Je ne peux donc pas parler d'une chose qui n'existe pas".
Il ne dit pas "j'ai défendu des quotas de binationaux et non des quotas raciaux". Il nie les quotas purement et simplement.
Dans la négation des quotas il ment.
En revanche il est possible qu'il soit sincère dans la négation de la discrimination, parce qu'il ne se rend pas compte que les quotas qu'il a défendu sont effectivement discriminatoires ( même s'il ne s'agit pas en toute rigueur logique de discrimination raciale).

3 La question des bi-nationaux préoccupait suffisamment les instances pour que certains se lancent dans leur recensement.
http://www.lefigaro.fr/equipe-de-france-de-football/2011/05/06/02016-20110506ARTSPO00370-le-graphique-qui-accable.php
(attention journal gauchiste prévoyez votre sachet pour vomir!)
Cela les préoccupait beaucoup ... n'ayant pas de moyen de mesurer le degré de préoccupation où commence l'obsession, je vous laisse le loisir de récuser le terme.
J'ai tendance à penser que c'est une attention excessive pour un faux problème, en quoi je m'accorde avec l'intello gauchiste Chantal Jouanno (dont les différentes prises de position dans cette affaire me conviennent tout à fait).
http://www.liberation.fr/sports/01012335811-pour-jouanno-la-france-n-est-pas-lesee-par-le-depart-de-joueurs-binationaux
Bien sûr cela, prête à discussion, mais ce n'est pas le fond du problème.
Même si on considère que c'est un problème sérieux, cela ne justifie pas des mesures discriminatoires.

4) "c'est à gerber"
Attention, vous commencez à parler comme ces gauchistes qui n'ont que l'adjectif nauséabond et la honte de la France à la bouche.
Sur ce coup là, l'indignation compulsive me semble plutôt de votre côté.

@Elias,

1. Blanc a bien été accusé de racisme. Mediapart a titré : "les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes". Si vous souhaitez arguer que vouloir moins de noirs et d'arabes ce n'est pas raciste, libre à vous. Mais vous trouverez plus facilement des interlocuteurs chez françois de souche que chez com vat.

2. l'article du Monde sur les déclarations de Blanc est pourtant très clair, il est d'ailleurs titré : Laurent Blanc n'a "jamais entendu parler de quotas ethniques". http://www.lemonde.fr/sport/article/2011/04/29/laurent-blanc-n-a-jamais-entendu-parler-de-quotas-discriminatoires_1514750_3242.html. A l'époque, on parlait de quotas ethniques, Le Monde écrivait "Des consignes auraient ainsi été données par la Direction technique nationale pour que le taux de jeunes footballeurs français d'origine africaine ou maghrébine soit limité à 30 % "".

On demande à Blanc de réagir aux accusations de quotas ethniques et il le nie. 3 paragraphes plus bas, il clarifie : "Moi je ne parle pas de critères ethniques (...) Le seul problème qui existe dans le football concerne les joueurs à double nationalité", ce qui reconnaît implicitement qu'il considère le critère de la double nationalité.

Bref, pour accuser Blanc de mensonge, il faut couper la question et la moitié de la réponse pour essayer de faire croire qu'il a nié les discussions sur les quotas de binationaux.

Je ne vous en veux pas particulièrement, mais ces informations sont publiques, les articles du Monde sont en accès libre et pourtant vous vous êtes convaincu que Blanc a nié les quotas de binationaux.

Imaginez alors la tentation de Mediapart qui travaille sur une matière non publique. Car, et c'est la grande ironie de cette situation, toute cette histoire repose sur la confiance qu'on a dans la parole de Mediapart. A ma connaissance, ils prétendent avoir en leur possession un enregistrement dont ils ont publié une partie de la retranscription. On n'a pas accès à l'enregistrement et il faut faire confiance à Mediapart pour bien fournir les éléments de contexte...

Quand on voit qu'ils ont lancé cette histoire par un bon gros mensonge (Les dirigeants veulent moins de noirs et d'arabes), ça fait froid dans le dos.

3. Vous avez parfaitement le droit de considérer qu'il n'y a pas de problème de binationaux. A l'évidence, Blanc n'est pas de cet avis. Dès lors, il est naturel qu'il cherche à définir et mesurer le sujet. Pour vous, comme il n'y a pas de problème, toute attention portée à ce sujet est excessive.

4. Non, l'indignation compulsive est du coté de ceux qui dénoncent le racisme dans le foot français, appellent à la démission de tout le monde, parlent de honte nationale...

Je me contente de dire que les méthodes de Mediapart sont dégueulasses et d'essayer de contrer leurs mensonges et amalgames.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004