« Vroum vroum et cocorico | Accueil | Ma cassette, on m'a volé ma cassette ! »

mercredi 16 février 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Mitterrand avait eu, à propos de Michel Rocard, une sortie assez comparable à celle de Jacob.
Quelque chose du genre "Il ne pourra jamais gagner car il ne connait pas intiment la France profonde, celle des arbres et de la terre."
Le même Mitterrand pouvait dire par ailleurs des trucs comme :
"j’ai un amour physique de la France […]. L’amour physique, vous voyez ce que c’est que l’amour physique, à partir duquel on peut avoir toutes les autres formes d’amour […] La France, pour moi, c’est moi… C’est moi sous certains aspects : le saule, là, le long de la petite rivière, le coteau qui s’élève comme ça, les espèces d’arbres, eh oui c’est comme ça, les routes poudreuses, de temps en temps un peu de bitume, telle forme d’église romane […] Bref, moi-même, je me sens partie prenante de la France."
Tu me diras, avec Mitterrand, nous sommes, dans une certaine mesure, liés aux "heures les plus sombres de notre histoire".

Assez d'accord avec Hugues sur la petite phrase de Jacob : il faut vraiment avoir l'esprit mal tourné pour y voir malice, et à crier au loup, le PS se ridiculise et comme d'habitude discrédite un peu plus la lutte contre l'antisémitisme. Ca donne une fois de plus l'impression au péquin moyen qu'il y a bien un lobby juif qui tient la classe politique, vu qu'il faut qu'un Hortefeux ou un Frêche en fasse beaucoup plus sur les arabes ou les noirs pour déclencher des protestations similaires.

Mon seul désaccord, c'est que je trouve que le raisonnement pour Jacob s'applique aussi à Siné, mais on ne va pas rouvrir le débat...

Antisémites, les propos de Jacob ? Non (pas directement) mais... Ces paroles qui n'ont pas été improvisées, dans le cadre d'une offensive orchestrée de l'UMP contre DSK le week-end dernier, pointent l'un des angles d'attaque de la Sarkozye contre le futur candidat PS, qui sent par avance le "moisi". On commence par dire qu'il n'incarne pas vraiment la France et cela va vite se traduire au café du commerce par "il n'est pas bien français quand même"... On voit bien qu'à moins que Sarkozy ne siffle la fin de la récréation et n'interdise à ses troupes ce type d'arguments (et je doute qu'il le fasse), la campagne risque de voler bien bas. Et sur DSK, il y a un wagon à dire (ou à insinuer)... Sur le fric et sur le sexe aussi.

Par ailleurs, la gauche a clairement intérêt à sur-réagir d'entrée, dès la première vague, pour mettre la pression sur l'adversaire et tenter de le dissuader de continuer dans cette veine.

La gauche de la gauche qui reproche à DSK son statut de banquier international, c'est super antisémite, alors. Oh là là, quelle "nuage de métaphore"...
http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/02/16/christian-jacob-utilise-une-nuage-de-metaphores-pour-parler-de-dsk_1481133_823448.html
[à noter, la stupidité assez généralisée des questions]

DSK va-t-il se griller à lancer des plans com' foireux (déjà Sinclair la semaine dernière) ?
Quoique, qui a lancé cette affaire ? DSK ? Des "amis" à lui qui veulent le griller ? Car bien rappeler que "DSK est juif", c'est surement un petit paquet de voix en moins pour lui lors des primaires, vu la diffusion des idées antisémites à gauche.

Ce sont les juifs qui ont inventé la radio pour que les antisémites se lâchent, et pouvoir ensuite les mettre à l'amende.

Aymeric,
Excellent parallèle. Je regrette même de ne pas y avoir pensé.

FFB,
Je ne dirais pas qu’il faut avoir l’esprit mal tourné pour y penser, mais que tous les coups seront permis pour les uns et les autres dans cette campagne qui s’annonce aussi pourrie que le reste du débat pendant la présidence Sarko.

Quant à Siné, non, ne rouvrons pas le débat.


Michel B.,
Bon, mais enfin, il faut savoir ce qu’on dit : soit il tient des propos antisémites, soit non. On ne peut pas dire qu’il n’en tient pas mais que c’est pareil que s’il en tenait.

Je pense que tout ce qui pourra être lâché sur DSK de petit et de minable le sera par des gens comme Rantanplan, à commencer par cette idée qu’il n’est pas un bon petit gars du terroir. Mais comme dit Aymeric plus haut, c’est ce que Mitterrand disait de Rocard et on ne l’a pas accusé d’être anti-parpaillot.


Corto,
J’ai lu le papier, c’est intéressant, mais la profondeur historique devient parfois un obstacle à la compréhension de phénomènes très prosaïques, comme la simple connerie. On peut lire une filiation antisémite dans les propos de Jacob, mais on peut plus raisonnablement y lire de la démagogie politicarde standard.

Ne pourrait-on pas « reprocher » à 90% des politiques de premier rang le même manque d’attachement au terroir (Sarko et Copé, le patron de Jacob en tête) ? N’est-ce pas quelque chose que l’on pourrait « reprocher » à 90% des Français en fait ?


All,
C’est vrai, mais nous n’avons pas inventé les amendes…

Peu nombreux en effet sont ceux qui ont pris la peine de remarquer que, pour lancer des propos antisémites, Radio J n'était pas la plateforme idéale.

Mais, mon cher Hugues, ton analyse me semble bien courte, et rate totalement la subtilité de la démarche de Christian Jacob. Dans une figure assez classique, il oppose DSK, l'intellectuel mondialiste, à la vraie France des vrais gens, ceux qui tirent leur subsistance du dur labeur de la terre. C'est normal, Christian Jacob est de ceux-là, et le (bon sens) paysan à l'Assemblée, c'est depuis toujours son fonds de commerce : http://www.christianjacob.fr/christian-jacob/Biographie.htm

Sauf que cette vraie France-là n'existe plus depuis bien longtemps : aujourd'hui, les exploitants agricoles comme Christian Jacob forment 2 % de la population active (http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=NATnon03173). La vraie France, aujourd'hui, c'est celle des professions intermédiaires et supérieures, celle de DSK.

Pour le PS, il y avait donc deux façons de répondre à l'attaque de Christian Jacob : la bonne, celle que je viens d'indiquer, et la mauvaise, la convertir en propos antisémites. En prenant la deuxième voie, le PS ne choisit pas seulement la facilité, il démontre sa vulnérabilité. La judéité (je ne sais pas si on dit comme ça) de DSK et ses conséquences supposées, ou fantasmées, sur ses chances d'être élu l'obsèdent au point qu'il se sente obligé de sonner le branle-bas à la plus mince occasion, se ridiculisant par la-même.
C'était une première torpille, et ça a très bien marché. Donc, il y en aura d'autres. Machiavélique, non ?

@aymeric

Si je ne m'abuse Mitterand était assez fin connaisseur de Maurras. Enfin les maurassien que je peux connaître en sont assez fier de tontoN.

@Hugues

C'est un peu lassant ces attaques hors de propos sur Fréche. D'un conformisme. Avant de subir un procès, je tiens à préciser que je ne suis pas un fan du grand homme, que je n'étais pas pour qu'il se représente etc.

Il y avait un assez bon édito (que je n'ai pas retrouvé), d'un journaliste plutôt peu en cour pour sa mort dans Midi Libre. Y était évoqué l'ensemble (ou presque) de ses tares et frasques. Le papier se terminait par "Mais George Fréche n'était pas raciste".

Le procès ainsi fait à Fréche est précisément celui que tu reproche à d'autres : une sur-réaction. Qui plus est disculper Rantanplan pour enfoncer George, c'est, au vue des qualités intellectuelles de l'un et de l'autre, insulter la mémoire d'un mort :-)

Eviv Bulgroz,
Ce n'est pas que je cherche particulièrement à taper sur Frêche, mais avoue qu'il est bien pratique ! As-tu vu "Le président" ? Excellent !

Autrement, si tu fais gaffe, tu verras que je distingue trois cas : l'antisémite, le raciste et le type qui n'est peut-être ni l'un ni l'autre mais qui appuie sur les bons boutons par stratégie. C'est justement le cas de Frêche.

Non j'attendrais que "le président" soit sur le p2p en bonne qualité. Ou à la télé ou selon. Dés que je réactive mon blog, je ferais (éventuellement, y a un aspect qui me dérange) un papier sur Fredo Bord (que je connaissais).

Fréche ne faisait pas ça par stratégie, mais parce que cela correspondait à son "tempérament". Il y a une grosse nuance. Il s'est petit à petit enfermé dans un personnage qui le faisait jouir. C'est assez humain en somme.

Bref, pour Fréche il n'y avait pas de "peut être ni l'un ni l'autre". Il était certainement un tas de choses peu ragoûtantes. Mais pas celle là.

Franchement, que DSK soit juif ou non, tout le monde s'en fou. De plus, critiquer DSK sur le fait qu'il est loin des français est un excellent angle d'attaque, puisqu'il est justement au FMI à s'occuper des problèmes du monde entier.

Personne ne pense au fait que DSK soit juif, on s'en tape. Moi, je ne veux pas le savoir. Et DSK a la chance d'être un juif invisible, c'est à dire que cela ne se voit pas, ni dans son nom ni sur son visage. Et bien c'est tant mieux, je trouve cela parfait ! Si tous les juifs pouvaient être comme lui, ce serait vraiment l'idéal !

Franchement, j'en ai ma claque d'entendre parler des juifs, des minorités qui prennent n'importe quel prétexte stupide pour venir chialer dès qu'on égratigne quelqu'un qui ferait partie de leur soit-disant communauté (les juifs sont particulièrement forts pour ça).

Je refuse le communautarisme. Pour moi, les juifs français ne sont pas des juifs, ce sont des français, point barre ! Pour moi DSK n'est pas juif, c'est un français !

Alors il faudrait qu'on cesse de nous reparler encore et toujours des juifs. Les juifs ne m'intéressent pas, plus je les vois et moins je les aime. Plus je vois toutes ces associations de juifs (CRIF, UPJF, AUJF, LDJ, etc.) moins je supporte les juifs.
Je ne me sens AUCUN devoir de rien du tout envers les juifs, suite au génocide de la 2nd guerre mondiale. Je n'étais pas né, je n'ai pas à me sentir responsable pour des actes commis par d'autres.

S'il y a une leçon à retenir de cette guerre, les juifs en ont autant à retenir que n'importe qui d'autre : il faut combattre TOUS les régimes d'apartheid et TOUS les génocides.

Dans ce pays, je ne reconnais que des français, tous égaux en droits et en devoir. Le reste, que vous soyez juif, franc-maçon, tsigane, homosexuel ou noir (tous tout autant victimes des nazis), cela n'a aucun intérêt.
On peut combattre la discrimination pour ceux qui en sont victimes, mais seulement si cette discrimination est avérée. Et parmi ceux que j'ai cités, les moins discriminés sont les 2 premiers (juifs et francs-maçons), donc ce sont ceux dont on devrait le moins entendre parler.

Quant à ceux qui se plaignent que leur prénom est une source de discrimination, ils n'ont qu'à en changer. Quand on vit dans un pays et qu'on veut s'y intégrer complètement, il y a un minimum d'efforts à faire. Prendre un prénom français fait pour moi partie de ce minimum.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004