« Abstention, piège à cons | Accueil | Contresens sans contredanse »

mercredi 10 mars 2010

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Ce matin vu le froid et le vent, j'ai opté pour RER+Velib' plutôt que mes 18km avec mon vélo perso.

Arrivé à la station Velib' la plus proche de mon bureau pas de place.
Je pousse un peu plus loin en sens inverse pour la station suivante, pas de place non plus.
Je vise donc la troisième qui a normalement toujours quelques emplacement vide et je remonte donc (encore) une rue en sens inverse.

Je tombe sur les forces de l'ordre garées avec leur joli "pijo" sur un passage piéton.
J'adopte la technique du touriste perdu dans paris qui cherche quelque chose la tête en l'air.
Malgré des regards insistants, ils ne m'ont rien dit (il faisait froid ce matin :) )

Les articles du Monde d'aujourd'hui le montre : la police aime se voir comme l'amie des victimes. Le cycliste n'étant pas une victime tant qu'il n'est pas à terre, il n'y a rien à espérer de la police.

Voilà une occasion de plus de démontrer la supériorité irréfutable du motard sur le cycliste : la preuve en image http://3.bp.blogspot.com/_jCmw1VhHnBs/S5Pi9_1-WWI/AAAAAAAACIc/7BNi4Bd4X9Y/s1600-h/D9CW1500.jpg

(c'est vrai, c'est une fille. Oui, les policiers motocyclistes ne se gênent pas pour draguer après les manifs. Si c'est pas scandaleux, déjà que des motardes, y'en a pas beaucoup)

"Je crois d'ailleurs que c'est une grande partie du secret de ma longévité dans la jungle urbaine, cette capacité à repérer les hommes en bleu, quel que soit leur mode de déplacement préféré."

Finalement, cyclistes et immigrés, même combat :-)

Je profite de ce billet pour rendre hommage à la jeune fonctionnaire de police qui m'a obligée à piler alors que je passais au vert car elle a grillé négligemment un feu rouge, sans gyrophare ni deux tons, parce que ces drôles de lumières, c'est bon pour les cyclistes.

Quand comprendras-tu que c'est partout pareil: on serre les vis de tous les côtés au nom du respect de l'ordre, et on tue les libertés.

Et bien sûr, tu ne vois pas le ridicule à défendre ton droit à griller des feux en vélo et trouver normal qu'on charterise des immigrés illégaux intégrés.

artypunk, il ne faut pas être pessimiste : autrefois, les régimes conservateurs avaient tendance à passer le kärcher sur tout ce qui dérangeait leur vision du monde, et alors, nous n'apprenions rien.

Depuis, grâce à l'apport trop souvent dévalorisé des penseurs libéraux, ils estiment politiquement plus rentable d'assumer leurs positions, au besoin, devant les caméras de télévision, puis d'exiger des petits fonctionnaires de la mettre en oeuvre avec zèle et diligence, le tout, sans jamais prendre une seconde le temps d'en connaître les conséquences en partageant le vécu de leurs concitoyens.

Pour moi qui ait toujours regretté que les conservateurs ne goutent pas assez souvent à leurs propres potions amères, je m'en réjouis.

Car après tout, même si l'on est pas forcé de souffrir dans sa chair pour apprendre, c'est certainement nécessaire pour un conservateur.

"On pourrait pourtant s'attendre à plus d'indulgence pour les petites incartades qu'il faut bien s'autoriser ici et là, du trottoir emprunté au panneau de sens interdit négligé, pour se déplacer dans un environnement aussi peu vélo-compatible."

Incartades qui sont punies par le code de la route, empruntée par les vélos, et qu'ils sont donc tenus de respecter. Les flics, même à vélo, sont encore tenus de faire appliquer le code de la route!

Les vélo-pleureuses qui veulent que la route se plient aux vélos plutôt que de respecter la vie en commun avec les autres, dont les voitures, me font toujours autant sourire. Jaune.

Parce que la liberté du cycliste face à l'oppression de la bagnole, qu is'exprime par le refus du code de la route, c'est une autre forme de "moi d'abord", que les mêmes reprochent aux automobilistes.

Donc, respectez le code, même à vélo, et les hirondelles feront le printemps pour vous aussi.

@YR: c'est juste, mais on se sent enclin à prendre des libertés avec le code de la route quand la maréchaussée donne l'exemple - voir le vibrant témoignage d'Eolas.
Pour le reste, j'approuve Hugues dans sa définition du cycliste comme un être aux perceptions sensorielles ultradéveloppées.

Michael,
Tu fais 18 km de trajet deux fois par jour ? Chapeau ! Moi-même, j’aimerais bien faire la même chose pour me mettre en jambes, mais je n’habite pas assez loin du boulot.


Emmanuel,
Quoi, il faut se jeter par terre si l’on est coincé au moment où l’on grille un feu et pour obtenir la sympathie de la police ?


Denys,
Moi, je veux bien être dragué par une jolie fliquette mais je tombe toujours sur des gros mastards patibulaires.

Passant,
Je n’y avais pas pensé mais c’est un peu vrai. Quant aux cyclistes immigrés, ils doivent carrément être capables de se rendre invisibles…


Eolas,
Je lui fais passer le message si j’arrive à la rattraper, puisque je ne m’arrête pas non plus au feu.

Artypunk,
Jamais. Mais je comprends que tu ne comprennes pas que je ne comprenne pas. Et de quoi parles-tu avec tes charters ? Tu dois te tromper de blog. Ou mélanger tout un tas de trucs sans rapport les uns avec les autres dans ton teston de punk artiste : se faire l’avocat (désolé Eolas) de l’économie de marché, ça ne mérite pas de point Godwin (pour faire un raccourci dans le genre des tiens).


YR,
« Vélo-pleureuses » ? De qui parles-tu ? Pas de moi en tout cas : j’assume totalement ma micro rébellion sans conséquences et je ne demande absolument pas ce que tu imagines que je demande. Si tout ce que les cyclistes militants exigent leur était accordé, j’arrêterais le vélo et je circulerai à cheval (également interdit en ville sauf cas spéciaux).


Anthropopotame,
Ah, j’aime bien qu’on m’approuve de temps en temps…

Hugues, c'est bien normal. Je partage entièrement ta ligne de conduite, à part que je m'arrête aux feux rouges et que je n'écoute pas de musique. Et que j'ai recommencé à fumer.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

www.com-vat.com, blog de gauche ?

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Sur le Net

Trousse à outils

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004