« Vieux schnock | Accueil | Girouettes »

vendredi 18 juillet 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tiens ca me rappelle un peu elton john, qui à la mort de Diana Spencer a sorti un CD deux titres , dont l'intégralité des bénéfice sur l'un des deux titres était reversé à.... Elton John, tandis que les benef sur le deuxième titre était reversé à je ne sais plus trop qui exactement.

"Mais l’idée d’un système conçu pour accroître les profits d’un établissement financier sous couvert de générosité est tout de même un peu limite."

C'est le moins que l'on puisse dire !

Dire aux gens vous payez plus cher, mais c'est pour la bonne cause, alors qu'en réalité, il y a bien peu de chance que l'organisation caritative touche le moindre centime, c'est honteux.

Heureusement, com-vat.com (et son brillant auteur) sont la, et grâce à ce billet, je ne tomberai pas dans le panneau lorsque mon banquier me proposera une carte bleue soit disant humanitaire.

Comme disait mon arrière grand mère:" dans la vie, les plus grands voleurs que l'on rencontrent se répartissent en deux catégories: les banquiers et les assureurs".

Et bien ma banque propose depuis peu des contrats d'assurance. il n'est pas impossible du tout que ça soit également le cas de la K&B :)

Que de chichi à la Sogé...

En Irlande on crée soi-même sa carte pour 10é de frais de dossier à chaque commande de carte.

http://www.permanenttsb.ie/personalise/default.asp

sans oublier que les commerçants paient pour les paiements faits chez eux par carte bancaire.
eh Hugues, pourquoi ne verses-tu pas ces 12 euros directement à l'ONG de ton choix ?
il serait aussi intéressant de savoir comment ont été choisies les ONG "brandées". est-ce qu'elles versent une redevance pour la publicité faite par ces petits espaces portatifs et mobiles ? ce serait cocasse (c'est peut-être la différence de 7,45 euros - à moins que ce ne soient là des frais d'impression).
pas mal aussi les cartes piano ou saxophone...

Nicolas,
Attention, l'ONG touche bien ses 5 centimes à chaque transaction dès la première. Simplement, la banque est gagnante tant que le nombre de transactions ne dépasse pas 240 sur l'année.

Geabulek,
Hé hé, amusant ça. Ici, je crois que c'est prévu pour la seconde moitié du siècle, lorsque les banques auront réussi à proposer le choix de son PIN comme les banques américaines il y a plus de 20 ans.

vous êtes mauvaises langues. je vivais il y a quelques années en Italie et on se promenait (peut-être encore, je n'ai pas fait attention les dernières fois où j'y suis allé) avec des liasses de billets dans les poches. et sabot pour les quelques uns qui avaient des cartes bancaires.

Bien vu!

Merci de l'info !

Bah, c'est win-win.

La K&B gagne, la Croix Rouge gagne, et toi tu ne souscris que si tu en retires une bonne conscience qui vaut plus (pour toi) que 12€.

La collecte de fonds est pour les associations caritatives un process extrêmement complexe et onéreux. La pub, le marketing, le suivi administratif, tout cela coûte du temps et de l'argent. Du coup, pour la Croix-Rouge, un deal où elle reçoit du cash "gratuitement" en ne s'occupant de rien, c'est que du bonus.

Toi qui aimes les exceptions françaises, il y en a une belle ici : c'est l'économie d'impôts attachée à un don à une association caritative.

Dans les pays moins portés sur la complexité gratuite, le donateur donne 1 et l'association se tourne vers l'Etat pour obtenir une subvention de 1.

En France, le donateur donne 2, l'association lui envoie une attestation fiscale qu'il joint à sa déclaration d'impôts pour obtenir sa réduction d'impôts de 1.

Les "bénéfices" de l'approche gauloise sont multiples.

D'abord, c'est le donateur qui doit calculer ce que ça va lui coûter en net. Il se trouve que la réduction fiscale n'est pas de 50% mais de 60%. Et malgré les dizaines de milliards que nous consacrons annuellement à l'éducation nationale, seule une infime minorité de la population sait diviser par 0,4. Oui, si vous voulez donner en vrai 35€, il faut faire un chèque de 87€50 car vous bénéficierez d'une économie d'impôt de 52€50 qui ramènera le coût réel à 35€.

Résultat des courses, les gens se trompent, hésitent, se prennent la tête et finissent par donner moins que ce qu'ils voudraient pour être sûr de ne pas se planter, quand ils ne laissent pas carrément tomber.

Mais le principal bénéfice est qu'on triple le coût administratif du bousin. Dans le modèle simple, l'association fait un envoi global au fisc et reçoit un (gros) chèque. En France, l'association doit se taper d'imprimer ces saloperies d'attestations fiscales, avec le bon nom, la bonne adresse et le bon montant. Puis on met les (centaines de) milliers d'attestations dans des (centaines de) milliers d'enveloppes sur lesquelles on colle des (centaines de) milliers de timbres. Tout ça bien sûr doit être réalisé à temps pour que les donateurs puissent joindre l'attestation à leur déclaration fiscale.

Le donateur, lui, va recevoir un papelard plus ou moins incompréhensible qui va traîner sur son bureau pendant 2 mois avant qu'il ait le courage de faire sa déclaration d'impôts. Si l'attestation a survécu aussi longtemps aux appétits destructeurs des animaux de compagnie, des enfants en bas âge ou du personnel de ménage, il faudra la retrouver au fond d'un tiroir, identifier la bonne case à remplir dans la déclaration et ne pas oublier de la joindre à l'enveloppe. Généralement, on fera une photocopie de l'attestation au cas où le fisc prétendrait ne pas l'avoir reçue.

De son coté, le fisc va recevoir des millions de déclaration comportant une demande de réduction pour don à une association, avec la proportion habituelle de gens qui ont oublié de joindre l'attestation, qui ont oublié de remplir la case, qui ont rempli la mauvaise case, qui ont envoyé l'attestation de l'année dernière...

Pour l'association, le cauchemar n'est pas terminé. Il y a les couriers qui reviennent avec la mention "n'habite pas à l'adresse indiquée". Il y a les donateurs qui appelent parce qu'ils n'ont pas reçu l'attestation, parce qu'ils l'ont perdue, parce qu'ils ne savent pas quelle case il faut remplir, parce qu'ils n'avaient rien compris et qu'ils s'attendaient à une réduction d'impôts supérieure... A chaque fois il faut être poli, ce sont tout de même des gens qui ont donné...

Bref, le coût moyen de la gestion de ces saloperies d'attestations fiscales est de l'ordre de 5 euros par attestation.

Et pour revenir au sujet, si la K&B a proposé à la Croix-Rouge de leur verser 5€ par donateur sans leur demander d'établir ces saloperies d'attestations fiscales, ça valait bien de leur laisser 5€ de marge.

N'oublions pas que l'Etat, via la TVA, récupère 2€ au passage. Ce qui me permet de finir sur une note facécieuse en te paraphrasant.

L'idée d’un système conçu pour engraisser l'Etat sous couvert de générosité est tout de même un peu limite.

Je sais bien que les petits ruisseaux font les grandes rivières, ça ne m'empêche pas de trouver un tel système absolument grotesque, voire gerbatoire. Une générosité qui se compte en centimes... ça s'appelle de l'avarice, purement et simplement. Une générosité qui s'inscrit bien visiblement sur les moyens de paiement, pour qu'on puisse se faire remarquer comme un généreux humaniste chaque fois qu'on paie une addition (y compris quand on n'invite pas les copains), je trouve ça absolument minable (je ne dis pas ça à ton intention, Hugues, je sais bien que ta motivation est différente et que tu te damnerais pour le moindre gadget de l'économie moderne, je dis ça pour les répugnants suceurs de flouze qui ont inventé la charité ostentatoire à prix sacrifiés). Jésus-Christ recommandait de donner assez discrètement pour que "la main gauche ignore ce que fait la main droite", et ce précepte fort oublié gagnerait à être remis au goût du tour. Ces minables petits Téléthons au format carte de crédit sont à la vraie générosité ce que le sourire de votre banquier est à l'amour: une grimace obscène.

Libéral,
La Croix Rouge y gagne, mais le sens commun et, allez, osons le mot, la morale, voudraient tout de même que la banque n'en retire que des bénéfices marketing. Si le Français moyen n'utilise sa carte que 91 fois par an, le seuil à partir duquel la banque commence à en être de sa poche devrait être plus bas – à l'extrême limite au niveau de cette fameuse moyenne.

Je ne sous-estime d'ailleurs pas les difficultés des ONG à faire de la collecte et il faut bien trouver des moyens « automatiques », comme les prélèvements de MSF "1 euro par jour" ou ce truc avec la Société Générale. Mais franchement, l'idée que la banque puisse faire de toute cette affaire un nouveau produit à forte marge sous couvert de générosité, ça coince. D'autant plus que le client ne comprend pas le mécanisme puisque personne ne va le lui expliquer de manière suffisamment parlante. Et pour cause : même la nana à la banque ne comprenait pas ce que je lui disais.

A la limite, on donne au type qui souscrit le même rôle de pigeon qu'à celui qui est prêt à payer 12 euros en plus de ses 44 euros de « cotisation » uniquement pour avoir un footballeur sur sa carte.

Mais au final, je suis d'accord avec toi sur l'achat d'une bonne conscience à pas cher pour le souscripteur...

Poil de lama,
Ah ne commence pas avec Jésus, ou je te donne à Siné ! Ma motivation n'est pas si différente de celle des autres et j'aime bien que ma main droite soit au courant de ce que fait ma main gauche.

Si mes dépenses permettent de verser des sommes même faibles que je ne verserais pas autrement, pourquoi pas ? Oui les petits ruisseaux font les grandes rivières et une organisation comme MSF tire 80% de son budget de petites rivières. Je ne sais pas si c'est obscène, mais je sais que c'est efficace.

Vous savez la chose véritable surprenant ? C'est que notre gouvernement créateur de taxes á la con (TALC) n'est pas encore rebondi sur cette idée en décidant une généreuse contribution de 5 centimes pour la dette sur chaque transaction...
Je dis ca, je dis rien...enfin quand même, faudrait pas le crier trop fort sinon un de nos charmants bureaucrates pourrait en avoir l'idée.

Moi aussi j'aurais peut-être fait comme Hughes, si mon banquier m'avait fait la retape pour cette carte !

Avouez que c'est quand même infiniment moins grave, du point de vue de la générosité de façade, que le sujet que fuient (comme la peste) les bobos: Socialisme caviar, ou l’assistanat en faveur des privilégiés !
http://blog-ccc.typepad.fr/blog_ccc/2008/07/ps-caviar-ou-la.html#comments

Client (encore maintenant) de la "K&B", j'ai fait le même calcul que Hughes, et abouti à la même conclusion.

Il aurait été plus "moral" par exemple que la SG offre des cartes personnalisées au même tarif, par exemple à ses clients ayant une certaine fidélité. Cela permettrait par exemple d'améliorer son image de marque qui en a besoin.

Même chose quand on leur demande s'ils ont des "fonds éthiques": "ce n'est pas une demande de notre clientèle".
Enfin leurs fonds "développement durable" intègrent des actions de banques, car "les principaux services non polluants, ce sont les services financiers". (on évalue pas la pollution morale, bien sûr). Résultat: on est soumis aux aléas de rendement de la spéculation immobilière, et les services non polluants et non financiers ne sont pas mieux financés.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004