« Au bal des hypocrites (on fait la danse du ventilateur) | Accueil | www.com-vat.com, tome 1 »

mercredi 09 avril 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Dans la collection des gens que l'on aime pas (ou plutôt que JE n'aime pas) mais qui disent (aussi) des choses intéressantes, je trouve que le billet de Jean-Luc Mélenchon du jour est instructif http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=585

oui, le Tibet sous régime théocratique, franchement, c'est ça l'idéal que nous voulons défendre à tout prix? (je ne suis pas du tout un connaisseur du sujet, mais il ressemblerait à quoi le régime autonome tibétain du Dalaï Lama)

Je suis assez en accord avec tout ce que vous écrivez ici.

J'ajoute que je considère que l'on a tord de se focaliser uniquement sur la question du Tibet. Ce qui compte est moins de "libérer le Tibet" que de libérer la Chine. On gagnerait dans l'affaire de la flamme de la honte à dénoncer plus globalement la dictature chinoise dans son ensemble.

Quant à Mélenchon, en bon idéologue nationaliste et archéomarxiste il s'exprime bien sur en faveur du régime de Pékin. Rien de nouveau sous le soleil. On pourra dire que le PS aura véritablement réussi sa rénovation le jour où cet individu en aura claqué la porte.

Toute la sympathie que peuvent inspirer les Tibétains ne devrait pas faire oublier que les toutes premières victimes de la dictature chinoise sont les Chinois de modèle banal. Notamment les ouvriers chinois, encore nettement plus mal payés et plus mal traités que le lumpen-prolétariat pakistanais, afin que les marchés occidentaux puissent être inondés de camelotes à prix imbattables, immensément rentables pour le bénéfice quasi-exclusif des actionnaires des sociétés occidentales.

Si nos ti-shirts étaient fabriqués à La Garenne-Bezons, ils seraient plus chers de 160 %, ne manqueraient pas de me répondre ces sympathiques négriers... qui se gardent bien de remarquer avec la même objectivité péremptoire que si ces précieux ustensiles vestimentaires (entre autrees) étaient fabriqués à Islamabad, à Ouagadougou ou à Tunis, cette fois les consommateurs les plus radins verraient à peine la différence. Ceux qui verraient la différence, ce sont nos propres esclavagistes, les vrais, ceux du premier monde, ceux qui trouvent que décidément, les prolos mexicains, turcs et roumains sont bien trop exigeants quand ils osent réclamer le cinquième d'un demi-Smic cocoricard même non revu par Fabius.

C'est pas les JO qu'il faut boycotter: ce sont les ateliers chinois des esclavagistes occidentaux. Variante sinophile: continuons de faire bosser les dits ateliers, mais demandons pour le prolo chinois les mêmes salaires et la même protection juridique et sociale que ce que le prolo turc ou malgache arrive parfois à obtenir... Est-ce vraiment faire preuve d'un tiers-mondisme angélique et bêlant que de demander l'alignement des salaires chinois et des protections juridiques chinoises sur ce qui se pratique dans le tiers-monde pas aussi rigoureusement dictatorial?

La Chine est un grand peuple. Et nos industriels qui choisissent de faire bosser ce grand peuple plutôt que n'importe quel autre petit peuple à très bon marché sont purement et simplement des esclavagistes. Il n'est nullement interdit, après avoir dit cela, d'avoir de la sympathie pour le Tibet, mais accompagner cette sympathie d'un peu d'égards pour le prolo chinois et ses concurrents du tiers-monde serait aussi du meilleur goût.

Bonjour, j'ai visité votre blog et j'ai trouvé que vous publier de bon article en général, cela vous diriez-il de mettre un lien entre nos 2 blogs?
MON BLOG: http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/
J'attends votre réponse !!! et bonne continuation !!!

Le post d' « Arno », c'est ART NOW.

JaK,
Il ne faut tout de même pas trop m'en demander le même jour. Ménard + Mélenchon ! No way.

Valéry,
Oui, enfin on se focalise tout de même sur le Tibet parce qu'une répression sanglante y fait des dizaines, sinon des centaines de morts...


Poil de lama,
Une réponse brève, parce que j'ai déjà élaboré sur la question ici même (http://hugues.blogs.com/commvat/2005/05/quand_lafrique_.html ). Le problème, c'est le régime, oui, mais pas les T-shirts. En bon social-libéral, je maintiens que les T-shirts feront un jour tomber le régime. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille pas tenter d'accélérer les choses, comme le fait Ménard à sa manière.


Arno,
Moi pas savoir comman fère liens. Désaulé.


sk†ns,
Comme dans Art now et Willy alors...

@Jak : Certes, le Tibet était une théocratie, maintenant le dalai-lama en exil a instauré dès 1960 un gouvernement d'exil démocratique, avec une constitution. Le dalai-lama est un mec vraiment bien apparemment, les chinois sont vraiment cons de taper dessus...

@Hughes : Je ne suis pas sûr que l'action de Ménard, si elle a clairement fait bouger les lignes, améliore la situation. La Chine jouera pour la propagande interne la carte du nationalisme, à titre personnel je trouve dommage que Ménard soit si extrême dans ses opérations médiatiques et si pale pour ce qui est de la pratique. En ne voulant pas s'aliéner les médias français - au prix de l'acceptation aveugle - il a peut-être été efficace aujourd'hui mais l'association y perd chaque jour.

Ménard se bat pour quelque chose ne noble.

Que ce soit efficace ou justifié n'a aucune espèce d'importance, que son style plaise ou non est accessoire.

Il "FAIT" alors que nous ratiocinons misérablement dans des blogs qui ne sont souvent que l’expression de nos ego frustrés et supersizés.. chapeau bas devant Ménard !

Je ne sais pas si vous savez, mais l'action de RSF n'a rien à voir avec le Tibet.

Elle a simplement à voir avec le fait que la Chine est le pays dans lequel le plus de journalistes au monde sont emprisonnés.

Maintenant, si ça peut vous rassurer, aucun journaliste parisien ne semble être au courant...

J'ai ouïe dire que RSF n'avait pas que des amis.
Ménard est un plouc. Enfin, non, il a un accent à la con (comme tous les accents dès qu'on entre en IDF).
A ce jour, en tout cas, y compris sur le cas de la Chine et des JO (je suis d'accord avec Passant, vu de mon salon RSF ne milite pas pour le Tibet), je n'ai jamais eu autre chose à faire qu'un hochement de tête en écoutant ses propos.
Je ne sais pas si RSF fait du bon boulot ou est une organisation efficiente, mais je n'ai pas souvenir d'avoir été en désaccord notable avec sa communication.
Peut-être parce qu'il est très simple de défendre la liberté de la presse sans se fatiguer. Peut-être parce qu'ils ne le font pas si mal. Peut-être parce que je ne réfléchis pas assez au problème.

Je m’appelle Jean-Michel Boissier, j’ai cofondé l’hebdomadaire Courrier international et je suis membre bénévole du Conseil d’administration et du Bureau exécutif de Reporters sans Frontières France depuis une quinzaine d’années. J’y ai côtoyé des "nobodies" tels Jean-Claude Guillebaud et Rony Brauman, le regretté Noël Copin, et aujourd’hui Pierre Veilletet (président de RSF France), l’universitaire Jean-Marie Charon, les journalistes Philippe Rochot (France 2), Danièle Ohayon (France Info), Jean-Louis Saporito, le philosophe Robert Redeker ou la juriste Martine Ostrovsky… Lecteur assidu de com. et vat., dont je partage très souvent les vues soc. dem. et l’humour anglophile, je ne peux laisser passer les contrevérités invérifiées qui parsèment ton papier par ailleurs louangeur sur « Robert sans frontières ».
Non, RSF n’a pas de financement « opaque » : autofinancée à 60 % (essentiellement par les albums photos dont tous les acteurs, des photographes aux kiosquiers, nous cèdent généreusement et en connaissance de cause leurs droits), l’association consacre 72 % de ses fonds à la réalisation de sa mission sociale (« enquêter, dénoncer, soutenir »), à comparer par exemple aux 64 % d’Amnesty international, organisation soeur dont les frais de fonctionnement sont similaires aux nôtres et qui n’est pas suspecte d’opacité, que je sache…
Non, RSF n’est pas financée par la CIA ou d’autres officines encore moins ragoûtantes, accusation dont les « rouges-bruns » amis de la démocratie castriste nous régalent régulièrement (cf notre « fiche » sur Wikipedia).
Non, RSF n’est pas sortie de son rôle à l’occasion des Jeux olympiques : notre unique "purpose", c’est la liberté d’informer et d’être informé, en Chine - la plus grande prison de journalistes et de blogueurs au monde - comme partout ailleurs, y compris au Tibet où la presse a été interdite d’exercer, that’s all !
Oui, Robert Ménard est un plouc médiatique : il a l’accent et l’emportement du Midi, il ressemble à un moine-soldat et il rentre régulièrement dans le chou des pleutres souriants et des cyniques torves (no names), toutes choses fort exaspérantes, j’en conviens ; mais c’est aussi un agitateur d’idées, un homme d’action et un organisateur hors pair, que nous réélisons régulièrement à son poste de secrétaire général précisément pour ces raisons-là, et non parce qu’il aime parler dans le poste ou qu’il a le pied varappeur…
Oui, nous avons des débats contradictoires à RSF, qui est une organisation démocratique et internationale avec 9 sections et 4 bureaux ; nous décidons de dizaines d’actions qui passent pour la plupart inaperçues ; nous publions un rapport annuel sur la liberté de la presse dans le monde qui fait autorité ; et il nous arrive d’être fiers de notre combat et des journalistes qui y perdent leur liberté ou leur vie (par exemple Deyda Hydara, notre correspondant en Gambie assassiné en 2005).
Oui, tout cela est parfaitement vérifiable pour tout journaliste multimédia, pourvu qu'il aille sur notre site, rsf.org, ou qu'il me téléphone, si nécessaire, au 06 11 18 23 91. Bien à toi

Moktarama,
Je crois au contraire que Ménard a été un bon catalyseur sur ce coup. Onn ne peut pas affirmer que donner les JO aux Chinois est un moyen d’ouvrir le pays si l’on se contente de faire des courbettes devant le régime.


Ozenfant,
Oui, il « fait », c’est incontestable. Ca le rend impossible à critiquer ?


Passant,
De fait, l’action de RSF ces derniers jours a tout à voir avec le Tibet. RSF s’était engagé sur l’affaire de JO bien avant le déclenchement de cette répression spécifique au Tibet, mais il s’agissait alors de dénoncer la Chine « de tous les jours », ce qui n’avait aucune chance de faire changer qui que ce soit d’avis : les Jeux avaient été attribués à la Chine, tout le monde y allait et le business primait sur n’importe quel autre paramètre -- en France ou ailleurs. On est clairement passé à autre chose.


SM,
Oh peuchère, tu ne vas pas me faire l’insulte de penser que c’est son accent du sud qui m'amène à le qualifier de plouc ?


Jean-Michel Boissier,
Ben dis donc, heureusement que j’ai choisi de me payer Ménard un jour où j’avais du bien de lui à dire !

Mais bon, pour connaître un poil l'univers des ONG, je commencerai par dire qu’un secrétaire général « perpétuel », réélu régulièrement depuis près de 30 ans parce que tout le monde est content de lui, c’est presque aussi convaincant que lorsque Ricardo Alarcon, président du Parlement à la Havane, explique à un jeune naïf pourquoi on n’a pas le droit de sortir de Cuba (« Si les six milliards d'habitants de la planète pouvaient voyager où ils voulaient, la cohue serait énorme dans le ciel »)

http://www.youtube.com/watch?v=4MNX8skoZNc&eurl=http://www.lexpress.fr/info/quotidien/actu.asp?id=465990

Et j’utilise cet exemple à dessein : compte tenu de l’intérêt que tu affiches pour ce que j’écris ici en général (ce dont je te remercie), tu auras tout de même du mal à me ranger chez les rouges-bruns qui ferraillent régulièrement avec Ménard.

Maintenant, je ne dis à aucun moment que RSF ne fait rien pour la liberté de la presse et je suis tout à fait conscient de l’intérêt du rapport annuel ou des campagnes diverses. Mais je suis très étonné que tu refuses, comme journaliste autant que comme militant du droit à la liberté d’expression, la réserve de rigueur face à une organisation qui consacre 30% de son budget en frais de fonctionnement (pour mémoire, MSF se débrouille avec 4% et MDM avec moins de 8%), privilégie régulièrement le spectacle sur le concret (cf. : JC Guillebaud dans Marianne http://www.marianne2.fr/Jean-Claude-Guillebaud-critique-Robert-Menard_a85537.html?PHPSESSID=d1754c99bd6fb7f31dcf72497ad8a096 ) et obtient effectivement certains financements (minoritaires, ok) de structures dont le moins que l’on puisse dire est qu’elles sont assez indifférentes aux droits des journalistes (http://www.monde-diplomatique.fr/2007/07/CALVO_OSPINA/14910 ).

Donc, oui, le travail effectué par RSF est souvent remarquable, souvent indispensable, mais la possibilité de critiquer l’autocratisme de Ménard, son goût des projecteurs et, oui, sa capacité à fermer les yeux au bon moment, doit rester entière.

Hugues : Ajoutez donc une micro-exception française à votre liste : quel que soit le cynisme de leurs gouvernants, les français, sujets de la gracieuse majesté le président VRP élu ne renoncent pourtant pas à défendre les droits de l'homme même quand leurs représentants les foulent aux pieds.

Par ailleurs, je ne suis pas mécontents de voir d'un seul coup de botte bottés tant l'atelier du monde et sa célèbre justice si efficace avec le promoteur d'un idéal mêlant consommation et compétition, mais, surtout pas la politique, hein... : sans doute irez-vous nous expliquer que le carnaval olympique et le capitalisme triomphant sont deux phénomènes distincts mais je doute que vous pensiez sincèrement que tout le monde voit les choses comme vous.

Maintenant, relisez ce que vous dit RSF par la voix de son représentant autorisé et ce qu'écrit son site Web : les actions de RSF étaient annoncées de longue date, annoncées avant même le début de la répression au Tibet. Vous n'étiez pas au courant ? Je vous rassure : les rédactions parisiennes non plus, semble-t-il...

Et pour conclure en beauté : "Et merde !"

Cher Hugues,
1) Dans les frais de fonctionnement, il convient de comparer le comparable, d'où le parallèle avec Amnesty, également organisation de recherche et de dénonciation (RSF comprend une vingtaine de personnes à Paris, dont la moitié de journalistes-chercheurs et beaucoup de frais de communication et d'édition), et non d'urgence et de secours humanitaires(à base de missions financées)
2) Encore une fois, le "spectacle", c'est ce que tout le monde voit et entend de temps en temps - et beaucoup ces derniers temps -, le "concret", c'est ce que nous faisons sans bruit tous les jours et que tu peux suivre en direct sur notre site, sans parler des choses tues parce que la vie de gens en dépend.
3)Si tu t'appuies sur le Monde diplo pour tes argumentations, ouille ! Quant à Guillebaud, si tu as bien lu l'article de Marianne, tu reconnaîtras que comme d'habitude, le titre survend le contenu. Effectivement, il a été décidé il y a bien longtemps maintenant de construire une organisation de dénonciation (voir supra) plutôt que de réflexion, ce qui ne nous empêche pas les uns et les autres de réfléchir, dans Médias ou ailleurs.
4)RM est à la barre effective de RSF depuis 18 ans, et non 30, ce qui est certes beaucoup, mais souviens-toi que Sean Mac Bride, fondateur d'Amnesty, est resté 12 ans président (il a cessé de l'être pour cause d'incompatibilité, étant nommé Haut Commissaire de l'ONU) et que Rony Brauman, fondateur de Médecins du Monde, y a trôné 12 ans aussi...
5) Par ailleurs, on est bien d'accord, RM est la caricature du mâle alpha, il faut surveiller de près son hubris médiatique et son tropisme pour le brillant, même s'il mène personnellement une vie d'ascète. Mais bon, on est tous grands et bénévoles, donc censément indépendants, et lui comme nous n'avons pas envie de finir en Molière d'ONG...
Voilà, continue le bon combat et bien amicalement

"Oh peuchère, tu ne vas pas me faire l’insulte de penser que c’est son accent du sud qui m'amène à le qualifier de plouc ?"

Moi-même qui n'ai rien à lui reprocher, je trouve qu'il détonne et que son accent n'y est pas pour rien.
C'est un résumé du personnage, dans sa dimension de plouc.
Et il en joue parfaitement.

Bon, sinon, rien à voir, graphiquement parlant, j'adore le logo avec les menottes. Encore un peu j'achèterais le T-shirt. Mais je crois que j'ai passé l'âge.

Non, vraiment, n'y a-t-il pas d'autre cibles prioritaires sur RSF (et oui, je sais, ton billet fait aussi l'éloge de RSF) ?

"L'homme qui ne tente rien ne se trompe qu'une fois." disait Lao Tseu.
Ménard se trompe donc peut-être, puis qu'il agit.

Agit-il contre le bien de l'humanité ?
Il me semble que non.

"Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens d'autant plus sévères qu'ils ne font rien du tout." est la phrase qui vient à l'esprit des entrepreneurs, souvent lassés que chacun de leurs actes soient critiqués par la presse.

J'ai exercé dans le passé, un métier ou chacune des innovations que j'ai pu apporter, à été systématiquement critiqué par la presse spécialisée concernée.

Quand ces innovations se sont avérées plus performantes que les réalisation qu'elles démodaient...
Jamais je n'ai entendu la moindre excuse de la part des journalistes qui critiquaient pour critiquer ou par simple incompétence.

C'est pourquoi, comme les entrepreneurs ou simplements les "faiseurs" sont très sous-représentés
dans les blogs, par rapports aux intellectuels assis....
Je me fais leur représentant auto-déclaré, sans doute maladroitement mais certainement honnêtement...

En résumé "la critique est facile, mais l'art est difficile" est toujours à mettre ne balance avec le droit absolu à dire ce que l'on pense.
N'est t'il pas ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004