« « Nous interrompons ce journal pour quelques informations à caractère syndical... » | Accueil | Panafieu à la mairie ? Ce serait Damages »

mercredi 20 février 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tu as bien tort de te laisser embrigader dans une léproserie épicière.

Je fais livrer — chez mon caviste, oui — de délicieux paniers potagers de la région parisienne à des tarifs tout à fait concurrentiels.

Le vrai bobo, libéral quant au porte-monnaie, sait comparer lesprix au kilo.

Je suis contre l'agriculture paysanne.

Jules,
Le vrai bobo refuse de comparer les prix, activité indigne du sauvetage de notre mère Gaïa auquel il contribue en achetant ses légumes.


Eviv Bulgroz,
Dis plutôt que tu n'aimes pas les légumes. C'est une question d'éducation : ta mère devait abdiquer lorsque tu refusais de manger tes épinards et voilà où nous en sommes ! Cette génération 68, vraiment...

Ah non Jules, un authentique bobo libéral achète ses légumes au marché exclusivement. Non sans en avoir parcouru les allées d'ailleurs, afin de vérifier que la concurrence y est libre et non faussée, conformément à l'injonction constitutionnelle.

Est-ce que tu songes à tous ces paysans pauvres des PED, qui n'aimeraient rien tant que t'avoir pour client?

Haha, les bobos, ça y est ! je les tiens ! je m'en doutais, mais j'ai la preuve désormais : vous êtes une sèèèèèèèèèècte !

Outre à etre bobo, Jules est snob. Il est si sur que ses salades ne viennent pas de ce qu'il reste de maraichers à Bobigny entre le tribunal, la préfecture et la francilienne? Je me fierais pas plus à ses "paniers potagers" qu'à leur prix, moi.

Je suis allé voir une AMAP au Beausset (83) — ma douce me tance pour cela — ce qui m'a laissé perplexe. Je vois bien l'avantage pour le producteur qui devient un salarié bobo-kolkhozien, mais pour le consommateur... il manque l'information essentielle, à savoir le prix du kg de produit acheté, n'est-ce pas ?

All,
Tout à fait d'accord. Mais la connaissance des prix au kilo permettrait une concurrence libre et non-faussée entre les différents AMAP et ça, mes co-bobos, ils détestent.

ça me tente cette histoire d'AMAP mais je flippe de me retrouver avec 2 kg de choux de bruxelles à écouler. Si tes enfants sont grands, tu rates plein d'occasions d'exprimer ta boboïtude au grand jour (porter en écharpe, mettre des couches lavables, etc etc). Moi-même je suis en boboïsation avancée (mais on n'est pas obligé de se faire des dreads et de porter des t-shirts pour la légalisation du cannabis j'espère ?).

Hugues,

Je suis à 100% admiratifs de vos activités boboesques, et bien qu'habitant Montpellier, je fais vraiment tout pour adopter votre façon de vivre !

Ex banlieusard qui s'est vu progressivement interdire des faire ses course dans Paris intra-muros par la Mairie de Paris qui à réussi l‘improbable exploit de diminuer la circulation de 30% tout en augmentons les bouchons polluants (alors qu‘une once de réalisme aurait permis cette diminution de circulation en réduisant les bouchons de 50%), et pourtant j’adlmire votre hygiène de vie... Étonnant non ?

Sauf que !
Sauf que j’ai 330 euros de retraite CNAV + 150 euros de retraite des cadres. Heureusement que mon épouse touche sa retraite de l’éducation Nationale, sinon, avec une élève de terminale à charge, nous n’aurions plus que les restaurants du coeur pour essayer de survivre.

Alors, bien sûr, votre dernier texte m’amuse.. Mais il est un merveilleux exemple de la faille de St Andréas qui s’étend entre les préoccupations du peuple et celles de la caviar-bobocratie.
Oh ! Combien j’aimerais avoir les moyens d’aller acheter ma nourriture saine en campagne.
Chez nous pas de vélib, mais on peut se déplacer en tram... Georges Frèche est un admirable bâtisseur.

Très étonnante l'évolution du terme de "bobo", depuis son arrivée en France et son appropriation/déformation par tous...

Selon l'inventeur du terme, l'Américain David Brooks, le terme désigne vraiment de vrais bourgeois, ceux qui appartiennent à la petite frange supérieure des très très hauts revenus (on les trouve parmi les 1 à 5% des plus riches). Ainsi, à l'origine, les deux meilleurs exemples de bobos cités par David Brooks sont Steve Jobs et Bill Gates, dont l'auteur constate qu'ils ne vivent pas comme vivaient les Ford ou les Rockfeller...

On est bien loin de la rue Oberkampf ;-)

Foutaises que tout cela. Moi, mon petit frère cuisine à l'huile de ses oliviers, dont il fait presser les fruits au moulin d'à côté.
Evidemment, comme il en produit environ un litre et demi par an, il mange surtout des surgelés.

Non Hugues, j'aime tellement les légumes que je trouve sympathiques qu'ils s'offrent un dernier long voyage avant de finir dans mon estomac.
---

Dans le "Mythe de la contre-culture" les canadiens Joseph Heath et Andrew Potter évoquent je ne sais plus quelle critique gastronomique qui est une partisante de la consommation locale. En fait elle ne reste pas trop souvent dans les froides terres canadiennes... et préfère venir consommer de l'agriculture locale... sur le pourtour méditerranéen.

---
Perso je choisi les légumes que je consomme en fonction du goût/prix qu'ils ont, pas pour obtenir une expérience de contentement de moi :-)

Ais toujours eu un faible pour Arcimboldo.
@Tardiff,
Je ne sais pas quelle est la définition de "BOBO" dans le dictionnaire (si elle existe)!
Dans mon esprit de représentant auto-déclaré des français d'en bas, les bourgeois bohêmes sont ceux que décrit si bien le sketch d'Alex Métayer -Dis papa, çà veut dire quoi "être de gauche"-.

Pour essayer de faire court: Ces gens bien-pensants, majoritaires dans la capitale, ignorants du monde du travail, des paysans et des smicards, le cerveau dans les nuages, persuadés que le pays va s'en sortir en mettant à la disposition de ces pauvres indigents mentaux d'asiatiques:
"Notre matière grise supérieure issue de notre enseignement en décomposition (le 27ème niveau au monde)". Le pompon est qu’ils soutiennent des pauvres baudruches diplômées, n’ayant jamais bossé de leur vie, comme François Hollande.... Alors qu’il existe des hommes d’état au PS, comme Hubert Védrines.
Homme d’état: "qui a compris l’inéluctable cercle vicieux entre la croissance source de niveau de vie et la croissance source de destruction de la planète (...) qui ne se cache pas la réalité derrière de nouveaux mirages comme le développement durable (-nous y somme les derniers de la classe-)."

@ ozenfant

Je ne sais pas, moi non plus, s'il y a une définition dans un dictionnaire, en revanche je connais la définition de celui qui a inventé ce mot : David Brooks, "Les bobos", 2000, Livre de poche (titre original : "Bobos in paradise").

Ce qui m'étonnera toujours, c'est l'usage du mot "bourgeois" en France. Il y a le sens "savant", celui des universitaires (histoire, économie, sociologie), qui concerne 5% de la population à tout casser.

C'est une classe sociale assez bien définie, caractérisée (en gros) par des valeurs (les "valeurs bourgeoises") qui lui sont propres et un revenu issu du capital accumulé au fil des générations par la famille, plus que du travail individuel de chacun de ses membres.

Il faut donc plusieurs générations pour "devenir" bourgeois. A la première ou seconde génération de "parvenu", on reste dans le "sas" des "nouveaux riches". Quand les enfants ont "pris le plis" après voir été dans les "bonnes écoles", qu'ils ont une "bonne situation", un "bon mariage" leur permettra d'entrer "dans le cercle"...

Et il y a le sens usuel (surtout chez les gens de gauche): toute personne qui gagne plus d'argent que moi est un bourgeois ! Même s'il n'est qu'un simple salarié, et que cette situation de salarié devrait suffire à l'exclure de la catégorie "bourgeois"...

Quant au rapport entre "bourgeois" et "être de gauche", je ne vois aucune contre-indication pour ma part.

Vous semblez croire qu'être de gauche a un rapport direct avec le fait d'appartenir à "La France d'en bas", alors que l'observation de la réalité indique que ça ne fonctionne pas comme ça.

Nombre de pauvres et de gens modestes votent et ont toujours voté à droite et nombre de "vrais" bourgeois votent à gauche (Léon Blum, par exemple ;-)...

Vous leur répondez qu'ils se trompent ? Ils vous répondraient probablement la même chose... ;-)

Moi j'aime bien les commentaires d'ozenfant.

L'idéal serait de mettre les moyens d'être bobo à la portée du plus grand nombre, et il est vrai que l'enclavement géo de paris (sans rire!!) n'y aide pas, ce dont ozenfant parle sous un autre billet.

A Paris on vit dans une espèce de musée figé, à l'abri de la banlieue y compris proche, pour tout un tas de raison très bien exposées sur le site de "géographe du monde" (tip top blog recommandé par econoclaste).

http://geographie.blog.lemonde.fr/

Puisque coco a la gentillesse de me citer, je me permets de faire ce renvoi (pour en revenir au précepte voltairien de départ)
http://geographie.blog.lemonde.fr/2007/10/05/ccxxvi-faut-il-toujours-cultiver-notre-jardin-analyse-critique-de-la-pensee-de-gilles-clement-paysagiste-poete/

@Tardiff,

Rien de ce que vous venez de me dire ne me choque.
Simplement en tant que chef d'entreprise socialiste, donc solidaire de mes salariés, j'ai toujours été choqué de l'absence de mesures en faveurs des travailleurs les plus pauvres de la caviar bobocratie:
De son social "élitiste".
De la fiscalité anti-emplois et pro bénéfices du patron qu'ont pratiqués de concert l'UMP et le PS.

Moi c'est la définition de "musique ethnique" qui m'intéresse.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004