« Accroche-toi au plafond, j’enlève l’échelle | Accueil | L’Eurostar, le Da Vinci Code et l’ouverture des magasins le dimanche »

vendredi 31 décembre 2004

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Bonne année.

Cette dépression est logique:Plus on est dans la prospérité, plus le peu qu'il nous manque est vécu difficilement.

Alors là je dis oui !!! "Optimismae logicus rododindron", comme dit Saint-Augustin en se rasant un matin (un jeudi je crois). Traduction : La peur rend niguaud... (c'est ma première pensée intelligente de 2005, ce qui peut faire peur). D'accord avec toi cher Maître et excellente année.

Je cite ta source sur les suicides (RTL) :

"Autre particularité : en Europe, c'est dans les pays riches que l'on se suicide le plus. Cela peut sembler paradoxal, mais la détresse morale ou psychique irait de pair avec le développement économique et l'augmentation du niveau de vie. La preuve : on retrouve les taux de suicides les plus importants d'Europe au Danemark, en Finlande, en Autriche, au Luxembourg... La France est juste derrière".

A méditer aussi...

Petite remarque en passant : tiens, les Danois (et aussi les Finlandais), malgré leur fabuleux "modèle", se suicident encore plus que nous.

Enfin, dernier commentaire en forme d’hypothèse hardie et peut-être hasardeuse... Soit, les Français seraient donc moroses, plus qu'hier et plus que la plupart des autres peuples... Admettons. Mais les causes de ce malaise (selon Gérard Mermet, ta deuxième source) n'étant pas franco-françaises ("société anxiogène" ; "vies professionnelles, conjugales et familiales précaires" ; "sentiment de harcèlement professionnel, administratif, médiatique et publicitaire"...), faut-il voir alors chez nos compatriotes (qui déjà, il y a quelque 250 ans, ont, je le rappelle, inspiré le Siècle des Lumières) une sensibilité et une lucidité particulières face aux évolutions du monde qui les placeraient en quelque sorte à l'avant-garde de l'humanité, en pole position pour inventer la société post-capitaliste ? Peut-être, après tout... La morosité qui précède la renaissance ?

Moi j'adore l'idée d'être à l'avant-garde de l'humanité. Vu que ma femme en a marre de mes vieux tee-shirts, ça rattrape.

Tiens, Alain Duhamel fait son édito sur un thème voisin dans Libé sur fond de référendum à venir sur la Constitution : "2005, l'année des anti-déclinistes" : http://www.liberation.fr/page.php?Article=265885
Les grands esprits se rencontrent ?

Avec une nuance : face à l'énumération des multiples peurs des Français, on peut mettre en regard quelques bonnes nouvelles distillées par A. Duhamel qui pourront remplacer avantageusement le Prozac : "les Français figurent dans le trio de tête de la productivité mondiale", "notre pays attire les investissements étrangers plus qu'aucun autre pays européen", "la France exporte davantage par tête d'habitant que les Etats-Unis ou le Japon", "notre pays dispose de services publics plus enviables que ceux de tous les autres grands Etats du monde", "les Français bénéficient d'une protection sociale que seuls les pays sociaux-démocrates d'Europe du Nord distancent"...

Assurément de quoi, si l'on en croit Alain Duhamel, relativiser le discours à la mode sur le déclin de la France et aussi sur la nécessité d'administrer d'urgence à notre pays une potion ultra-libérale.

Oui, j'avais lu ce papier. Mais on n'a pas besoin d'adhérer au discours des déclinistes professionnels pour trouver ce pays durablement déprimé.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Coup de sabre

Théologie amusante

La bible de l'urban cycling

Identité française : le livre !

Blogroll mal assortie

Bousculeurs d'idées reçues

Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2004